mayotte
info locale

Le président de la République à Mayotte : 24h pour convaincre.

président de la république
Macron crise
Les 22 et les 23 octobre prochain, Emmanuel Macron sera à Mayotte. 
Un  déplacement très attendu dans une île où tout est prioritaire  et les chantiers incommensurables.
Le monde économique, les collectifs des citoyens, les syndicats, les agriculteurs, les pêcheurs , les étudiants , les sportifs…chacun attend une parole du président qui se transformera en action.  C’est ainsi que le député  LR Mansour Kamardine s’est érigé en porte-parole de la population en adressant à l’Elysée un cahier de doléances assez fourni qui regroupe pêle-mêle des revendications comme la piste longue, la construction de routes , des infrastructures sportives, la lutte contre l’insécurité….
MANSOUR KAMARDINE
 

Mansour KAMARDINE                                                 Le 17 octobre 2019
Député de Mayotte

Déplacement du Président de la Républiques à Mayotte les 23 et 24 octobre :
De très fortes attentes des Mahorais

La venue à Mayotte du Président de la République les 23 et 24 septembre suscite un très grand espoir chez les Mahorais qui souhaitent que le chef de l’Etat leur apporte des réponses claires, précises et solides aux multiples défis économiques sociaux environnementaux et internationaux auxquels sont confrontés les habitants du 101ème département français. Les principales attentes de nos concitoyens de Mayotte sont les suivantes :

Le régalien :
-          Un renforcement rapide et conséquent des moyens humains et matériels de lutte contre l’insécurité et de maîtrise des frontières (base de drones, patrouilleur de la marine de nouvelle génération, positionnement des bateaux intercepteurs à M’Tsamboro, etc) ;
-          Une réaffirmation ferme de l’appartenance définitive de Mayotte à la France qui pourrait prendre la forme du dévoilement d’un panneau « Mayotte est française, elle le demeurera à jamais » ;
-          Le respect strict par les deux parties prenantes des engagements pris dans l’accord de coopération franco-comorien de juillet 2019 ;
-          L’édification d’un véritable Etat de droit à travers le renforcement de la Justice, notamment par la création d’un tribunal administratif et d’une cour d’appel de plein exercice ;
-          L’adaptation des lois notamment du CEDESA, du code pénal et du code de la nationalité pour tenir compte de l’extraordinaire pression migratoire à Mayotte (voir proposition de loi n°2241 enregistrée le 11 septembre 2019 à l’Assemblée Nationale).

Le développement économique durable :
-          Une piste longue convergente à l’aéroport ;
-          Un grand port maritime à vocation régionale ;
-          Une connexion très haut débit au réseau mondial d’échanges numériques ;
-          Une université de plein exercice ;
-          Des routes nationales modernisées.

La protection de l’environnement exceptionnel de Mayotte
-          L’amplification de la lutte contre l’habitat illégal ;
-          Le traitement des eaux pluviales ;
-          L’inscription de Mayotte dans la même trajectoire que la trajectoire nationale zéro carbone 2030 ;
-          La gestion durable et en circuit court des ressources halieutiques de la ZEE de Mayotte et la protection de la biodiversité, notamment du lagon.

L’égalité sociale, économique et républicaine :
-          L’établissement d’un agenda précis et resserré de mise en œuvre de l’égalité sociale dont l’application des codes de la santé et de la sécurité sociale et l’alignement des minimas sociaux sur ceux de droit commun au 1er janvier 2020 ;
-          Le développement de l’appui à l’accession individuelle à la propriété ;
-          L’investissement résolue contre la vie chère notamment en luttant contre les monopoles de faits dans les secteurs et les filières économiques de base (eau, énergie, distribution, transport etc) ;
-          La mise en œuvre d’un plan « eau » garantissant un accès permanent et pérenne sur tout le département à l’eau courante et potable.

            En tant que député de Mayotte, représentant du peuple, je me suis fait le porte-parole des Mahorais en transmettant au Président de la République les principales attentes de nos concitoyens du 101ème département, à travers quatre correspondances écrites.

Compte-tenu des multiples effets d’annonce non suivi d’effet qui ont échaudés les Mahorais par le passé, j’ai tout particulièrement appelé l’attention du chef de l’Etat sur la nécessité que les annonces que pourraient être faites incluent un agenda et une programmation financière pour être considérées comme crédible localement, notamment en ce qui concerne la piste longue convergente à l’aéroport, l’égalité sociale et la lutte contre l’immigration./.

Les élus de proximités eux aussi attendent beaucoup de la visite du président de la République. Anchya Bamana qui était l’invitée de Zakwéli ce jeudi 17 octobre a souligné des problématiques très terre à terre  comme la régularisation foncière , la mise aux normes du cadastre.

On ne peut pas construire des infrastructures de bases sans régler la question du foncier 

Anchia Bamana invitée de Zakweli
De leurs côtés les syndicats de l’éducation nationale aiguisent leurs stratégies pour mettre en place un plan d’action afin d’alerter le président de la république sur les difficultés relatives à l’éducation nationale à Mayotte :
  • les classes surchargées,
  • le statut des enseignants contractuels,
  • le manque de salles de classes.

Des problématiques qui sont également portées par les collectifs.

Un de ses collectifs issu des mouvements sociaux de 2018 a décidé d’organiser un congrès ce dimanche 20 octobre pour fédérer la population autour de revendications communes qui seront exposées au président de la République. Mais pour l’instant aucune rencontre n’est prévue entre le président de la République ou son entourage avec les collectifs ou les syndicats. Le préfet Jean-François Colombet a tout de même pris l’initiative de recevoir les membres du collectif pour préparer la visite présidentielle.   

Pour rappel, quatre séquences importantes rythmeront la visite du président de la République:
  • ​​​​​​une déclaration à sa descente d’avion le 22 octobre à 9h30 à l’aéroport de Pamandzi,
  • puis un deuxième temps fort à Mamoudzou,
  • bain de foule puis déjeuner avec des élus
  • et enfin d’après-midi une séquence consacrée à l’immigration clandestine avec une grande conférence de presse consacrée à cette thématique.
  • Et le lendemain avant de repartir pour la Réunion, Emmanuel Macron rencontra les pêcheurs à Dzaoudzi. 
Une visite au pas de charge donc, pas sûr qu’il y aura le temps d’apprécier les talents de jardinier des agents techniques de la mairie de Mamoudzou qui sont depuis trois jours en train de donner un coup de fraîcheur au rond-point principal de la commune chef-lieu.  


 

 
Publicité