Reprise de la première enquête annuelle de recensement à Mayotte

social
Mamoudzou

Début février, dans 11 communes de Mayotte, démarrait le recensement de la population, avec comme nouveauté, la mise en place du même comptage pratiqué dans les autres départements et régions français.

Mais l’opération a été suspendue à l’annonce du confinement à peine 24 heures après le début de la campagne soit le 5 février. Le confinement étant levé, les opérations peuvent donc reprendre sur le terrain ce jeudi 18 mars, et ce dans les mêmes conditions que celle annoncées au lancement de la campagne.

Ce recensement aura lieu chaque année

« mais pas pour toutes les communes et pas pour tout le monde dans la même année »,

précise l’Insee, l’institut national de la statistique des études économiques.

 

Ce sont donc 11 communes qui sont concernées cette année ;

"les habitants recevront la visite d’un agent recenseur de la mairie de commune concernée".

L’agent qui respectera scrupuleusement les gestes barrières, il n’entrera pas dans l’habitation, il se contentera de déposer les documents nécessaires.

L’enquête qui reprend ce jeudi, prendra fin le 24 avril prochain. Pour rappel, le recensement reste important, puisqu’il permet d’avoir des données du terrain, nécessaires pour la construction de Mayotte de demain.

Cette première enquête concerne près de 100 agents recenseurs, de 9.500 logements enquêtés et 11 communes (Bandraboua, Bandrélé, Dembéni, Dzaoudzi-Labattoir, Mamoudzou, Koungou, Tsingoni, Sada, Pamandzi, Ouangani et M’tsangamouji.

Cette enquête est menée de concert entre les communes et l’Insee. Quelles que soient leur nationale ou leurs situations administratives, toutes les personnes qui habitent un territoire français sont comptées. Il s’agit in fine de permettre aux décideurs politiques de prendre des décisions et des mesures cohérentes et adaptées pour le territoire ; il s’agit aussi d’avoir des données de référence pour la mise en application des lois et règlements. On va par exemple utilisés ces chiffres pour

"le calcul de la dotation globale de fonctionnement (DGF) que l’Etat verse aux différentes communes".

 

En fonction du nombre d’habitants, la dotation sera plus ou moins importante.

Ainsi, le recensement reste important pour pouvoir offrir des outils adéquats au développement des territoires. C’est en se basant sur les chiffres de la population que l’on fixe

"le nombre d’élus au conseil municipal et le mode de scrutin"

par exemple.

Pour cette campagne, les résultats sont attendus pour le mois de décembre 2025 soit à l'issue du rencensement dans toutes les communes de Mayotte.

Pour les 6 communes restantes, le recensement se fera comme suit:

  • Chiconi, Kani-Kéli en 2022
  • M'tsamboro en 2023
  • Acoua, Chirongui en 2024
  • Bouéni en 2025