publicité

Revue de presse régionale

  • Par Chamsudine Ali
  • Publié le , mis à jour le
MAURICE
Avant la Réunion, l’Ile Maurice a été touchée par la tempête « Berguitta ». « Berguitta » n’est plus un cyclone, ayant baissé d’intensité, le phénomène est maintenant classé « Tempête tropicale ». Il n’en reste pas moins qu’il y a des sinistrés à Maurice.


2 185 personnes étaient déjà hier accueillies dans 6 centres d’hébergement de Maurice. Les conditions d’accueil ont donné lieu à des critiques et le ministre de l’environnement Etienne Sinatambou se fâche. Dans ses propos, rapportés par le journal « L’Express de Maurice », ce ministre qui est responsable de la gestion des catastrophes naturelles, dit que les centre de refuge ne sont pas des » lieux de vacances ». Concernant les critiques liées au manque de repas chauds, il fait valoir que ce n’est pas prévu, selon la procédure. «Les autorités n’offrent pas des plats chauds. Seulement des biscuits et de l’eau, ce qui est en conformité avec les normes internationales. Soit 2 litres d’eau et 250 grammes de biscuits par personne au quotidien.»

COMORES
La suite du scandale des passeports comoriens : le ministère des affaires étrangères annule 170 passeports détenus par des non-nationaux.


Le ministère des Affaires étrangères des Comores a publié un communiqué – relayé par le journal « Al Watwan » pour annoncer “l’annulation de 170 passeports ordinaires attribués abusivement à des ressortissants étrangers entre 2013 et 2016”. Dans le même communiqué, on apprend aussi que le patron de Semlex – la société belge qui fabrique ces passeports pour le compte de l’Etat - Albert Karaziwan, bénéficiait d’un passeport diplomatique comme “d’ambassadeur itinérant et conseiller du président de I’Union des Comores”. Plus loin, on y lit que “le passeport diplomatique établi sous les précédents régimes en faveur d’Albert Karaziwan […] perd sa validité à compter du lundi l5 janvier 2018”. « Il est aussi à savoir que la femme et l’enfant de Karaziwan bénéficiaient aussi de passeports comoriens ». Le ministère des Affaires étrangères annonce par ailleurs que “des mesures visant à sécuriser davantage les passeports comoriens entreront en vigueur à partir du 1er février 2018.”
Semlex, société belge qui fabrique des passeports et des cartes d’identité pour une dizaine de pays africains fait l’objet d’une plainte pour corruption de la justice belge.

MADAGASCAR
Nous avions parlé sur cette antenne de ce français évadé d’une prison malgache et qui était arrivé clandestinement à Mayotte par un Kwassa avant de continuer sa fuite en avion vers Paris. L’affaire continue de faire du bruit à Madagascar.


Il s’appelle Hocine Arfa, ancien militaire qui était l’organisateur de la sécurité rapprochée du président malgache avant de d’être impliqué dans une sombre histoire d’usurpation d’identité, de port d’arme prohibé, et d’extorsion de fonds ; pour laquelle il avait été condamné à 3 ans de prison. Il a déjà raconté son histoire et son évasion, mais il en dit plus dans une interview avant-hier dans le journal « Le Parisien ». Là il affirme qu’il a donné 70 000 € à la ministre de la justice, et 30 000 € au procureur en charge de son dossier. Si cela est vrai, on comprend que son évasion a été grandement facilitée.
Si cela est vrai, cela va faire un scandale énorme à Madagascar. La presse s’en fait l’écho. Le journal « Midi-Madagascar » croit comprendre que la demande d’extradition est mollement formulée à l’encontre d’Hocine Arfa. Les journaux malgaches rappellent aussi que cette demande d’extradition n’a aucune chance d’aboutir puisque la France n’extrade pas ses propres ressortissants. Tout au plus la justice française peut se saisir de l’affaire pour le juger en France ; mais on n’en est pas là.


L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play