Seychelles : On ose une enquête publique sur un sujet tabou

océan indien
sex-toys
Enquête publique sur les sex-toys ©France 3
Une bien curieuse enquête publique démarre aux Seychelles. Le ministère du commerce demande aux Seychellois s’ils sont d’accord pour que l’on autorise la vente de jouets d’un genre… assez particulier

On les appelle, en anglais comme en français, les « sex-toys ». Ce n’est pas une blague, on n’est pas le 1er avril. Comme le sujet est hautement tabou,  les Seychellois sont invités à donner leur avis dans l’anonymat via un questionnaire du ministère du commerce à remplir sur internet.

12 questions leur sont posées, auxquelles ils et elles devront répondre avant le 31 mars. A partir de là une règlementation sera établie. Jusqu’en 2014 l’importation de jouets sexuels et tout autre matériel à caractère pornographique était interdite. Maintenant c’est toléré, mais il n’y a que des ventes sur les réseaux sociaux.

Si les Seychellois sont d’accord, une véritable commercialisation pourra alors être autorisée,  dans des commerces spécialisés… évidemment pas sur les rayons des supérettes