Trail and the city : Willy Nduwimana et Zamimou Musbahou sacrés

trail
le trail
©Faid Souaïli
On commençait à s’habituer à voir les mêmes coureurs remporter les courses longues à Mayotte. L’an dernier, El Habib Zoubert et Fazila Hifadhui avaient tout gagné ou presque. En ce début d’année, ils ont trouvé plus fort qu’eux.
 
Les courses mahoraises viennent de trouver un sacré client avec Willy Nduwimana. Celui-ci vient de faire tomber El Habib Zoubert alias Tekno sur une course locale, invaincu depuis trois ans en trail.
Le militaire du DLEM (Détachement de la Légion étrangère de Mayotte), originaire du Burundi a devancé Tekno de 13 secondes en bouclant le parcours de 15 km en 55 minutes et 01 seconde.
Mais pour Tekno, cette défaite a du bon.

À chaque fois, on disait c’est Tekno qui va gagner. Là, j’ai vu qu’il y a meilleur que moi et il faudra donc s’entraîner plus dur pour gagner. 

Trail
Tekno (au centre, dossard 222) n'a pu conserver son invincibilité sur la course ©Tekno (au centre, dossard 222) n'a pu conserver son invincibilité sur la course

Pour Willy Nduwimana, la performance est d’autant plus remarquable qu’il courait le premier trail de sa vie ! « Normalement, je cours sur route en semi-marathon (21 km) et sur 10 km. Là, j’ai pris connaissance tard de la course, mais j’ai pu m’inscrire. Je n’ai pas l’habitude de courir dans la boue, mais je me suis vraiment senti bien. » Le Racing Club de Mamoudzou, organisateur du Trail and the city espère bien revoir les deux hommes sur route pour le 10 km au mois de juin prochain. Et Willy Nduwimana sera l’un des favoris, lui qui court la distance en 28 minutes, soit un temps plus rapide que celui du Kenyan Titus Kipkemoi Rotich, qui a remporté 4 fois l’épreuve.
le trail
Le podium féminin avec à gauche Fazila Hifadhui, au centre Zamimou Musbahou et à droite Marine Givernaud. ©Faïd Souhaïli
Chez les dames, là aussi, la tenante du titre a fini deuxième. Fazila Hifadhui a été devancée de 3 petites secondes par sa coéquipière du CAM (Club d’athlétisme de Mamoudzou) qui a couru en 1 h 15 min et 48 secondes. Les deux coureuses ont décidé de ne pas se quitter.

Dès le départ, j’étais devant elle, mais nous avons décidé de courir ensemble et c’est en arrivant que j’ai décidé de pousser 

explique Zamimou Musbahou.
Le premier trail de l’année a donc tenu ses promesses. On espère que les suivants seront de même qualité.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live