mayotte
info locale

Tsahou ou pas Tsahou ?

france
Les prières du tarawih
A M'zouazia la population s'organise pour effectuer les prières du Tarawih ©Abdullah Damallah
Déjà une dizaine de jours que Mayotte vit au rythme du Ramadan. Le moment pour nous de faire un point sur les recommandations nutritionnelles et sportives à adopter pour rester en bonne santé et apprécier son jeûne, à travers trois temps forts : le foutari, après le tarawih et le Tsahou.
 

Le ramadan mois de plénitude

Le jeûne du ramadan, mois sacré du calendrier musulman, a démarré mardi 7 mai dernier à Mayotte, et s'étalera sur un mois lunaire complet, soit 29 ou 30 jours.
A Mayotte et dans d'autres pays musulmans, c'est un mois de partage, de plénitude, et de convivialité, surtout au coucher du soleil, [lorsque le Mu'adhdhin retentit, signal que les fidèles peuvent à présent rompre le jeûne] lors du foutari / foutourou. 

Souvent les horaires de bureaux sont aménagés pour permettre aux familles de cuisiner et de manger en toute sérénité. Malgré cet aménagement d'horaires, certains diront que le temps manque en semaine, pour préparer des mets conséquents, variés et équilibrés, pour l'ensemble de la famille. Alors le week-end sera l'occasion de ne pas se précipiter, de cuisinier tranquillement et d'inviter de la famille et des amis. 


Rencontre et Tradition

Abdullah Damallah sillonne Mayotte, à la découverte des pratiques des mahorais durant le mois du ramadan dans Rencontre et Tradition. Cette semaine il était justement question d'alimentation. Et c'est tout naturellement qu'il demande à Mattoir Thouaybati, chargée de projet santé et nutrition au CCAS de Tsingoni s'il est possible de manger sainement à Mayotte, le Ramadan étant malheureusement le moment des excès...
©MAttoir Thouaybati, chargée de projet santé et nutrition au CCAS de Tsingoni


Que manger et à quel moment ?


Au rythme de la religion, les mahorais peuvent manger à trois reprises dans une journée de ramadan, et boire dans la période autorisée : le foutari (comme indiqué plus haut), après les prières du tarawih, et le tsahou. Mais finalement à quoi correspondent ces moments ?


Le foutari, moment de convivialité 


Il est 17h50 plus ou moins, le soleil décline, le Mu'adhdhin retentit, et scande de manière modulée allāhu ākbar. A cet instant précis, les fidèles peuvent boire de l'eau et se diriger vers la mosquée de leur choix pour la prière al-maghrib. A la fin de la salat (prière islamique, second des cinq pilliers de l'Islam), ils regagnent leur domicile et peuvent alors rompre le jeûne en famille (ou au travail pour certains domaines d'activités). 
 
Les 5 prières de l'Islam
Les 5 prières de l'Islam

Pour la rupture du jeûne les mahorais préviligient souvent les bananes, le manioc, le songe, le poisson frit ou en kakamuku, le poulet... Idéalement, rompre le jeûne avec un verre d’eau à température ambiante, boire lentement, juste pour se désaltérer. Éviter de consommer trop d’aliments en une seule fois pour limiter les reflux gastriques, la digestion longue, la fatigue. Voici ce que cette famille propose pour le foutari :
Rencontre et Tradition : Damallah Abdullah nous fait voyager à travers les habitudes des mahorais durant le ramadan ©Rencontre et Tradition

Précisons que manger lentement (mastiquer, savourer, déguster) facilite la digestion, permet de prendre encore plus de plaisir et de mieux réguler les quantités. 

Après les Tarawih


Après le foutari et une petite séance de sport, il est également conseillé de prendre un encas, à base de produits laitiers. Découvrez ce que propose Moutoussami Djoumoi, diététicienne. 
 
Moutoussami Djoumoi, Diététicienne ©Rencontre et Tradition 2019
                                                                                                                            

                                                                                                                        Qu'est ce que les Tarawih ? 
Tarawih
Un Tarawih à M'zouazia ©Abdullah Damallah


Le Tsahou

Le Tsahou (sahour en arabe) est le troisième temps fort, afin de mieux se préparer physiquement au jeûne. Repas autorisé à n'importe quelle heure de la nuit avant la première prière Al-Sobh (Fajr), mais que certains ne prennent pas. Cependant, d'après Abou Said Al Khoudri (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit :

Manger le sahour est une bénédiction ainsi ne le délaissez pas même si l'un d'entre vous ne prend qu'une gorgée d'eau car certes Allah et ses anges prient sur ceux qui mangent le sahour.

 (Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°3683)

D'un point de vue religieux, il convient ainsi de ne pas délaisser le Tsahou, car le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) l'a ordonné au jeûneur, et il a informé qu'il est la différence entre le jeûne des musulmans et celui des Gens du Livre.*

 *Les Gens du Livre seraient les Juifs et les Chrétiens.

Pour le repas du Tsahou finir donc les restes du foutari est souvent une solution pratique et économique. Les plus motivés concocteront un plat spécial pour ce moment-là : 


 Ainsi au lever du soleil, à la première prière, une nouvelle journée de jeûne commence, et ce, pendant le mois lunaire...

 

Le jeûne comme thérapie ?

                                                                                   
Je jeûne

En somme, le jeûne du Ramadan peut donc être bénéfique pour le corps. Il s'agira de faire attention après l'Aïd, c'est souvent à ce moment-là que les jeûneurs prennent du poids, pouvant alors manger à nimporte quelle heure de la journée. Il faudra ainsi privilégier des repas à heure fixe, éviter les grignotages et pratiquer une activité sportive. 
 

Pendant le ramadan, L'ARS met en garde 

A chaque ramadan, les autorités sanitaires préviennent, mettent en garde, sur ce mois où les comportements alimentaires sont chamboulés, comme l'ARSOI 

pendant le ramadan les modes alimentaires sont complètement modifiés : alimentation généralement plus riche en sucre et en graisses, alternance entre jeûne et excès alimentaires nocturnes, apports alimentaires très importants sur des laps de temps courts.


Alors pour ne courir aucun danger, et préserver sa santé pendant le Ramadan, il faut faire être prudent et garder ces recommendations en mémoire :
 
  • manger équilibré, varié dans une quantité raisonnable
  • pratiquer une activité sportive après avoir mangé
  • privilégier l'eau, les jus maison,et le thé aux sodas industriels
Le ramadan faisant partie des 5 piliers de l'Islam, il  convient tout de même de faire son jeûne en étant en bonne santé, et ne pas mettre sa vie en danger au détriment de la religion. L'ARS de rappeler 

En cas de pathologie particulière, et notamment de maladies chroniques (comme le diabète), il est recommandé de demander conseil à son médecin pour faire le point sur les précautions à prendre, et adapter éventuellement vos prises médicamenteuses.


Un peu de sport pour la digestion

 

De manière générale, il est recommandé d’éviter de pratiquer une activité physique à jeun, surtout de forte intensité. En effet, cela peut présenter des dangers (hypoglycémie, déshydratation, perte de force ou bien encore malaise, sur-épuisement, ….).

En cas de pratique d’une activité physique pendant le ramadan, l'ARSOI préconise de l’adapter selon les règles suivantes :

  • Privilégier une pratique à la tombée de la nuit, dès que vous pouvez vous hydratez,
  • Privilégier les activités 2 à 3 heures après le Foutari (exemple : prière du Tarawih, marche 30 minutes au minimum…),
  •  Favoriser les activités de faible à moyenne intensité,
  • Bien s’hydrater progressivement dès le coucher du soleil,
  • Juste après l’activité, manger un fruit et un produit laitier maigre pour restaurer la glycémie,
  • Si vous pratiquez en journée, favorisez les activités dans des lieux ombragés,
  • Se laisser un temps d’adaptation la première semaine du Ramadan en limitant la pratique (diminution de la condition physique au cours du mois du Ramadan, visible les deux premières semaines),
  • Bien s’échauffer puis s’étirer au terme de l’effort pour éviter les accidents traumatiques (tendinite, déchirure, claquage),
  • S’arrêter au moindre signe de faiblesse.
Retrouvez en intégralité l'émission de Rencontre et Tradition présentée par Abdullah Damallah 
Retrouvez également d'autres conseils dans votre émission Unono du samedi 11 mai, présentée par Natacha.

Tsoumou Ndjéma*
*Bon Ramadan
 
Publicité