publicité

À Tsimkoura : « les ordures reviennent sans arrêt »

Le ramassage des ordures de la mangrove de Tsimkoura était organisé à l’occasion de la journée internationale des mangroves. L’association mangrove environnement se sent démunie face à la destruction de cet écosystème fragile.

Un monceau de déchets ramassé par les bénévoles de l'associatio, Mangrove environnement. © Yoram Melloul
© Yoram Melloul Un monceau de déchets ramassé par les bénévoles de l'associatio, Mangrove environnement.
  • Par Yoram Melloul
  • Publié le , mis à jour le
Chez lui c’est presque compulsif. Même quand il fait visiter le bord de mer de Tsimkoura, Boina Said Boina ne peut s’empêcher de prendre un sceau pour ramasser les bouteilles et autres canettes qui se trouvent sur son passage. Depuis 2014, le président de l’association Mangrove environnement se bat pour sauver les palétuviers de sa commune. Ces arbres constituent les mangroves, des forêts tropicales qui poussent au bord de l’océan.
Boina Said Boina ramasse des déchets dans la mangrove de Tsimkoura © Yoram Melloul
© Yoram Melloul Boina Said Boina ramasse des déchets dans la mangrove de Tsimkoura
Désabusé, Boina Said Boina contemple les monceaux de déchets qui se sont faufilés entre les racines aériennes des palétuviers. « On nettoie régulièrement, mais les ordures reviennent sans arrêt. » Deux fois par mois, il rassemble des bénévoles pour rendre les lieux plus propres. « Chaque fois c’est la même chose, on ramasse les ordures. Ensuite on fait des tas. Mais personne ne vient les ramasser. » D’un geste de la main, il montre ses prises de guerre, amoncelées près de l’océan. « On n’a pas les moyens de déplacer ça nous même. On est tous bénévoles. »

Pour lui, « il y a un manque de volonté politique. On ne propose rien aux gens qui veulent se débarrasser de leurs ordures.  À Tsimkoura il n’y a qu’un seul endroit avec des conteneurs. Forcément, ça n’incite pas les habitants à vider proprement leurs poubelles. » Conséquence, les rivières servent de déchetterie. Et les ordures se vident directement dans la mangrove quand il y a de grosses pluies.

Il a reconduit une opération de nettoyage à l’occasion de la journée internationale des mangroves, organisée par le bureau mahorais de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il est accompagné d’une quarantaine de bénévoles. Tel Sisyphe, ce héros de la mythologie grec condamné à pousser une pierre au sommet d’une montagne pour l’éternité, il ramasse inlassablement les déchets éparpillés au milieu des palétuviers.

« On retrouve de tout »


Les gamins qui l’aident sont armés de gants en plastique. « On retrouve de tout. » Dans un rire qu’on devine amer, il recense : « Des micro-ondes, des machines à laver, des pneus, des tissus, des couches… Tout ce que vous pouvez voir dans les magasins de l’île termine ici. » D’un geste du menton il indique les enfants. « C’est dangereux pour eux, ils passent leurs journées à jouer ici. Ils pourraient se blesser. »
"Ici on retrouve de tout", une bonbonne de gaz dans la rivière qui se déverse dans l'océan. © Yoram Melloul
© Yoram Melloul "Ici on retrouve de tout", une bonbonne de gaz dans la rivière qui se déverse dans l'océan.
Ancien maître-chien, il n’était pas destiné à s’occuper de l’environnement. Petit à petit il quitte son travail. Il a un regard bienveillant mais soucieux « Désormais je ne me soucie plus que de l’association, du matin au soir je ne fais que ça. C’est beaucoup de travail. »

L’homme observe attentivement la dégradation de la mangrove depuis 1998, quand il est rentré de métropole. Et avec elle, l’érosion des côtes qui ne sont plus protégées par les palétuviers. Pendant les pluies les cocotiers s’affaissent, directement soumis à l’assaut des vagues. Une baraque effondrée attire l’œil : « une case détruite il y a six mois par la marée. » Plus loin trône un conteneur rouillé et des piliers en béton se sont affaissés. « Un ancien projet de bar, comment Boina Said Boina. Il n’a jamais vu le jour, le niveau de l'océan est monté trop rapidement. » Ce qui marque à Tsimkoura, c’est la vitesse avec laquelle la mangrove disparait.
 
"C'est ici que la côte commençait il y a quelques années", explique le président de l'association Mangrove environnement. © Yoram Melloul
© Yoram Melloul "C'est ici que la côte commençait il y a quelques années", explique le président de l'association Mangrove environnement.
Un ancien projet de bar qui n'a jamais vu le jour. "Le niveau de l'océan est monté trop vite." © Yoram Melloul
© Yoram Melloul Un ancien projet de bar qui n'a jamais vu le jour. "Le niveau de l'océan est monté trop vite."
 

« Les poissons mangent les déchets. Et nous on mange les poissons. »

Le jeune homme est nostalgique. Il se remémore avec émerveillement l’époque où la mangrove, touffue, renfermait des trésors. « On trouvait des raies et des poissons gros comme ça, raconte-il en montrant son avant-bras. Maintenant, il n’y a plus que des petits. » C’est dans la mangrove que les poissons grossissent avant de se déverser dans l'océan une fois qu’ils sont assez gros pour se défendre. Sans elle, c’est tout l’écosystème marin qui est menacé.
Portrait de Boina Said Boina dans une partie non nettoyée de la mangrove. Partout des déchets sont éparpillés. © Yoram Melloul
© Yoram Melloul Portrait de Boina Said Boina dans une partie non nettoyée de la mangrove. Partout des déchets sont éparpillés.
Il se dirige dans la partie de la mangrove qui n’a pas été nettoyée par l’association. Partout où l’œil se pose, du plastique. « Les poissons mangent les déchets. Et nous on mange les poissons. Il faut que les gens prennent conscience de l’endroit où terminent leurs détritus. »

Las, il termine la visite. « L’environnement doit faire partie de l’avenir de Mayotte. Mais tout seul on ne peut rien faire. Il faut que chacun se sente concerné. »
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play