Agnès Graille : « Il y a des familles qui quittent Mayotte en ce moment »

zakweli tsingoni
Agnès Graille
Agnès Graille, de la FCPE à Tsingoni ©Mayotte la 1ere
Agnès Graille, de la FCPE à Tsingoni (fédération des conseils de parents d’élèves), était l’invitée de Zakweli ce lundi.

La représentante des parents d’élève de Tsingoni est revenue sur le caillassage d’un bus d’élèves du village de Mirereni vendredi dernier : « on les a mis dans un bus traversant Combani sans aucune protection, aucune escorte, alors que l’on sait que la tension est très forte entre les villages de Combani et Mirereni », déplore-t-elle. Le collège de Tsingoni reste fermé ce lundi, « le recteur nous a dit qu’il le serait seulement pour ce lundi, mais nous aimerions que ce soit pour toute la semaine ».

Agnès Graille appelle les parents à « se réveiller et à apaiser leurs enfants, parce que c’est devenu invivable ». « Il y a des familles qui quittent Mayotte en ce moment ou qui s’apprêtent à le faire » dit-elle. « Nous avons des solutions, nous pouvons apporter du soutien scolaire pour les enfants en décrochage. L’éducation des enfants passe en premier lieu par les parents ».