publicité

Une suspension de grève contestée

Il leur aura fallu plus de 3 heures d'âpres négociations pour arracher une suspension du mouvement de grève qui a débuté le 30 mars. Les délégués syndicaux rentrés de Paris avec un accord signé au ministère de l'Outre-mer n'ont pas eu la tâche facile face aux salariés au carrefour Chirongui.  

© Andry Rakotondravola
© Andry Rakotondravola
  • Andry Rakotondravola / Fahar Ousseni
  • Publié le

Après que les délégués syndicaux aient présenté le relevé de décisions du 15 avril 2016 puis débattus, ils ont pris la décision de suspendre la grève mais certains grévistes voulaient absolument poursuivre le mouvement tant que les négociations avec le gouvernement n'auront pas abouties. Les porte-paroles de l'intersyndicale Rivo Rakotondravelo comme Salim Nahouda ont du faire preuve de beaucoup de patience pour expliquer leur methode, aux militants comme à la presse.
 

Mais plusieurs grévistes se sont opposés à la levée des barrages. D'ailleurs plusieurs d'entre eux étaient déjà partis avant le vote de la suspension du mouvement. Ils n'auraient pas obtenu de concrètes avancées et craignent que le gouvernement ne joue avec le chronomètre.
 

Après consultation des grévistes, l'intersyndicale votera bien la suspension de la grève et la levée des barrages.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play