Scandale au lait contaminé en Nouvelle-Zélande: le groupe français Danone rapatrie des lots de lait en poudre pour bébé vendus en Asie

consommation
Lait contaminé NZ
©Outremer 1ère
Fonterra, un géant des produits laitiers, est accusé d'avoir tardé à prévenir d'une contamination avec une bactérie potentiellement mortelle. Des lots de lait en poudre pour bébé des marques Dumex et Caricare sont rapatriées des pays d' Asie. Selon la DASS, la Nouvelle-Calédonie n'est pas concernée.
Selon la Direction des affaires sanitaires et sociales, la Nouvelle-Calédonie ne serait pas concernée car les marques de lait susceptibles d'être contaminées ne sont pas importées sur le territoire.

L’entreprise néo-zélandaise Fonterra a révélé que trois lots de petit-lait, utilisé pour la fabrication de laits maternisés et de boissons pour les sportifs, contenaient de la Clostridium botulinum, qui peut causer le botulisme, une maladie provoquant la paralysie, voire la mort.
 
Théo Spierings, le PDG de Fonterra s'est rendu spécialement en Chine pour présenter ses "profondes excuses". Mais les Chinois déjà échaudés par le scandale du lait frelaté de 2008, ont immédiatement stoppé toutes les importations de produits contenant du lait du groupe Fonterra.

Le groupe Danone, gros client de Fonterra, a aussi rapatrié en provenance de plusieurs pays d'Asie des lots de lait en poudre pour bébé de ses marques locales Dumex et Karicare. "A titre de précaution, des lots ont été rappelés en Chine, à Hong Kong, en Malaisie, en Thaïlande et en Nouvelle-Zélande mais aucune plainte de consommateur n'a pour l'instant été signalée", a précisé une porte-parole du géant français de l'agroalimentaire.
 
Ce nouveau scandale du lait  devrait avoir de graves répercussions sur l'économie kiwi, les produits laitiers représentent 25 % des exportations de la Nouvelle-Zélande.
 

Les précisions depuis Auckland de Daphné Gastali pour Radio NC 1ère.

lait contaminé NZ


En Chine, 95 % des produits laitiers destinés à l' alimentation des bébés sont importés de Nouvelle-Zélande. Après la mort de six bébés en 2008 avec le scandale du lait frelaté et cette nouvelle contamination, les consommateurs chinois ne font plus confiance à la Nouvelle-Zélande. 

A la demande de John Key, le Premier ministre de Nouvelle-Zélande, Fonterra va aussi devoir rendre des comptes aux autorités néo-zélandaises qui accusent le groupe d'avoir tardé à révéler cette nouvelle affaire de contamination.
Le géant laitier a découvert en mars dernier que des produits vendus en mai 2012 avaient été contaminés !

Commentaire de Véronique Urtizbéréa d' Outremer 1ère.