FLNKS: l'unité électorale a du plomb dans l'aile?

élections municipales
désaccords FLNKS municipales
©NC 1ère
La liste indépendantiste "Bien Vivre au Mont Dore pour une nation arc-en-ciel" a été officiellement dévoilée ce lundi. Conduite par Jean-Irénée Boano, de l’UC et Françoise Caillard de la Dynamique Unitaire Sud, cette liste n’a pourtant pas encore reçu le soutien du Palika.
A un mois de  la clôture officielle du dépôt des listes pour les élections municipales de mars 2014, les tractations au sein du FLNKS entrent dans leur phase finale en provoquant quelques remous...
 
La volonté d'unité, clairement affichée par les partis indépendantistes, semble être mise à mal dans certaines communes.
 
Au Mont-Dore, la constitution de la liste "Bien vivre au Mont-Dore pour une nation arc-en-ciel" provoque notamment de nombreux commentaires dans les rangs du Palika.
 
D’un côté l’Union Calédonienne, la Dynamique Unitaire Sud  et le Parti Travailliste qui parlent d’une seule voix pour présenter un programme dont le maître mot est la jeunesse. De l’autre, le Palika, qui ne dit pas "non", en tout cas pas encore, mais qui clairement ne consent pas, estimant être sous-représenté sur cette liste. Le Palika n’obtient qu’une place sur les trente-cinq de cette liste...
 
Mais malgré tout dans un camp comme dans l'autre, on veille à ce que l’opposition ne soit pas frontale en se laissant du temps: le Palika a jusqu’à samedi prochain, date de la convention du FLKNS, pour entendre raison, et - sous-entendu - rentrer dans le rang, a  expliqué Jean-Irénée Boano, la tête de liste indépendantiste de la commune du Mont-Dore. Mais selon l'état-major du Palika, la seule date butoir valable est celle du 6 mars, date de la clôture officielle du dépôt des listes pour les municipales. Une fois encore, on est loin du consensus !
 
Plus globalement, le Palika entend bien résister partout où il s’estime en désaccord avec les listes unitaires pressenties et notamment à Nouméa, où il refuse catégoriquement Jean-Raymond Postic comme tête de liste.
 
"Le Palika ne se sacrifiera pas sur l’autel de l’unité", nous a confié Charles Washetine, le porte-parole du Palika.
 
En clair, toutes les hypothèses sont encore possibles, y compris celle de candidatures solitaires du Palika le 23 mars prochain.
 
De son côté, l'UPM (Union Progressite Mélasienne), l'une des "petites" composantes du FLNKS s'est réunie en congrès ce weekend à Houaïlou, son président Victor Tutugoro a insisté sur le fait que partout où l'union des partis indépendantistes sera impossible, l'UPM se lancera seule dans la bataille des municipales.
 

Le reportage de Sheïma Riahi et Judith Rostain de NC 1ère.