La région des lacs du Grand Sud de la Nouvelle-Calédonie inscrite à la convention internationale du Ramsar

environnement
région des grands lacs nc
©NC 1ère
A l'occasion de la journée mondiale des zones humides d’importance internationale, la France a inscrit à la Convention de Ramsar, la région des lacs du Grand Sud de la Nouvelle-Calédonie (incluant la plaine des lacs et le lac de Yaté), 43970 hectares devront être préservés.
Située dans la province Sud, la région des Lacs du Grand Sud calédonien est la plus grande réserve d'eau douce de Nouvelle-Calédonie.

Le site qui s'étend sur 43970 hectares se compose de zones humides dominées par des arbres, du maquis, des cours d'eau permanents et saisonniers, ruisseaux et lacs, y compris un réservoir. Il est considéré d'importance internationale pour la conservation des espèces endémiques remarquables et rares de la flore et de la faune. Il abrite en effet des espèces menacées et vulnérables qui sont importantes pour le maintien de la diversité biologique des forêts humides calédoniennes.
La région des lacs du Grand Sud de la Nouvelle-Calédonie inscrite à la convention internationale du Ramsar

Caroline Antic-Martin et Cédric Michaut ont rencontré le biologiste Bernard Suprin, près des chutes de la Madeleine. Il explique à quel point il est crucial de préserver les espèces présentes qui sont uniques et rares car elles sont menacées par l'exploitation minière, le feu (11000ha sont partis en fumée il y a quelques années), la sur-fréquentation par l'homme...

C'est à ce titre que la France a proposé de classer ce territoire à la Convention de Ramsar. La Convention sur les zones humides d’importance internationale, appelée Convention de Ramsar, est un traité intergouvernemental qui sert de cadre à l’action nationale et à la coopération internationale pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources. 

La province Sud en collaboration avec les autres institutions, les associations écologiques mais aussi les populations de Yaté et du Mont-Dore qui sont concernées, mettront en place des comités de gestion pour la préservation et la mise en valeur du site. Des sentiers botaniques et le parc de la Rivière bleue ont déjà été créés dans ce but mais d'autres moyens seront déployés pour l'entretien, la création de structures d'éco-tourisme. A l'avenir le développement d'activités comme la sylviculture sera aussi encouragé.
Cynthia Ligeard, présidente de la province Sud s'exprime sur ces comités de gestion.

Et pour fêter cet événement la province organise une exposition des animaux et plantes exceptionnels à partir du 12 février et des manifestations à l'occasion de la journée de l'eau le 22 mars.

Pour en parler Christine Pöllabauer, chargée de l'environnement en province Sud, invitée du journal télévisé du 03 février, elle est interrogée par Nathalie Daly.