Océania 21: "parler d'une seule voix au sein du concert des nations"

environnement
ouverture oceania 21
Pendant trois jours à la CPS à Nouméa, les délégations participeront à de nombreux ateliers sur le développement durable ©NC 1ère
Quinze états et territoires du Pacifique participent à la deuxième édition d'Océania 21 organisée en Nouvelle-Calédonie. La protection des océans, les énergies renouvelables et la préservation des ressources sont les principales thématiques de ce sommet océanien sur le développement durable.
Conscientes du fait qu’isolées, elles n’ont que peu de chances de se faire entendre, quinze nations ou territoires insulaires du Pacifique (Fidji, Kiribati, les Îles Cook, les Îles Marshall, les États Fédérés de Micronésie, Niue, la Papouasie-Nouvelle-Guinée,la Polynésie française, les Îles Salomon, Samoa, Samoa américaine,Tokelau, Tuvalu, le Vanuatu, Wallis et Futuna et la Nouvelle-Calédonie) ont décidé d’unir leurs voix et leurs actions dans le cadre d’une initiative de regroupement intitulée OCEANIA 21, cimentée par une déclaration commune intitulée "Aidez - nous à sauver Tokelau" et co-signée par ses initiateurs le 27 avril 2013 à Nouméa.
 
Le premier Sommet Océania 21 en 2013 fut celui des constats mais il avait surtout permis de lancer un appel à la communauté internationale pour sauver les Îles du Pacifique, premières victimes du réchauffement climatique!
 
Pendant trois jours la seconde édition de ce sommet a pour ambition de mettre en oeuvre des projets concrets afin de permettre à Oceania 21 de devenir à l’horizon 2015, un acteur majeur de la grande région Asie-Pacifique en tant qu’initiateur et promoteur des politiques de développement durable.