La démission de Jean-Jacques Brot, un acte politique?

politique
analyse démission brot
Jean-Jacques Brot ©NC 1ère
Le haut-commissaire de la République a donné sa lettre vendredi après-midi à la ministre des Outre-mer. Un pavé dans la marre, qui fait et qui fera des vagues, mais de quelle ampleur ?
Toute la distance et la relativité que la ministre des Outre-mer s’est efforcée de mettre dans ses réponses sur le sujet n’y feront rien : la démission du plus haut représentant de l’Etat en pleine visite ministérielle n’est pas normale, surtout lorsque celui-ci sous-entend - jamais officiellement mais toujours devant témoins - que ce retrait n’est pas motivé par sa situation personnelle mais que c’est un acte Républicain. Jean-Jacques Brot qui aurait tout simplement déclaré: "je ne veux pas cautionner le largage annoncé de la Nouvelle-Calédonie "…. 
 
Des paroles qui ont circulé tout le week-end sur la place publique et qui laissent à penser que derrière la prudence du discours officiel de la ministre des Outre-mer, se cachent d’autres intentions de l’Etat, lequel se détacherait en catimini du sacro-saint principe d’impartialité…

Le Haut-commissaire fait de sa démission un acte engagé, pour ne pas dire "politique " qui pourrait fragiliser le lien de confiance qu’était venu nouer George Pau-Langevin, en tout cas côté non-indépendantistes.
 Sonia Backès, de l’UCF, par exemple a faire part publiquement sur son blog de son inquiétude: "comment comprendre qu’un haut fonctionnaire, gaulliste assumé, mette en danger 35 ans de carrière sans que le jeu en vaille la chandelle, sans que les choix de ses supérieurs dont il semble avoir connaissance ne mettent gravement en cause les valeurs républicaines qu’il défend ? On est en droit de s’en inquiéter sérieusement !"
 
Alors Jean-Jacques Brot a-t-il des informations sur un éventuel objectif officieux de la mission Christnacht – Merle ? Ou craint-il tout simplement qu’elle le réduise au second plan ? On peut penser qu’une fois sa situation réglée officiellement, le haut-commissaire démissionnaire aura à cœur de jouer carte sur table.