Des sanctions exemplaires pour les violences commises sur les terrains de football

football
sanctions football
©NC 1ère
Des sanctions exemplaires ont été prises par la Fédération calédonienne de Football, après les agressions commises sur les terrains ces derniers mois. Neuf joueurs, encadrants et dirigeants ont été suspendus et des clubs pénalisés. Cependant, la porte reste entrouverte pour eux...
Imposer le respect, celui que l’on doit aux arbitres, aux adversaires, aux bénévoles, c’est la responsabilité qu’a choisi d’assumer la Fédération calédonienne de Football en sanctionnant lourdement des licenciés qui par leurs comportements ternissent l’image de la discipline la plus pratiquée du territoire.
 
Alors que des évènements tels que le Festival Karembeu sont organisés sur le territoire pour promouvoir l’idée du fair-play, laisser impuni des gestes inacceptables paraissait impensable. Aux quatre coins du monde, le sport est une école de respect social. 
 
La FCF ne pouvait pas dévier de la voie sur laquelle elle s’est engagée en mars dernier, en suspendant des terrains pour une durée de sept ans un joueur de l’AS Lössi (Bernard Hmaloko) qui s’en était pris physiquement à un arbitre en décembre 2013. Après les nouveaux incidents qui ont émaillé les derniers mois, la fermeté a été maintenue. Plusieurs clubs font donc les frais des coups de sang de leurs licenciés.
 
Thio Sport sera ainsi privé, pendant respectivement six et huit ans, de son gardien Nathanaël Tanghmelen et du capitaine Jaerson Haeweng, impliqués dans l’agression d’un homme en noir lors d’un match contre Lössi. Leur partenaire Michel Haeweng a lui écopé d’une suspension à vie pour avoir porté des coups de chaises sur un délégué de match (le président de l’ASMD) dans une rencontre opposant son équipe au Mont-Dore.
 
Le FC Gaitcha de son côté devra se passer des services de son meneur de jeu Yoan Bako pour une durée de 8 ans. Ce joueur, brillant, avait lui aussi violenté un arbitre lors d’un match contre Magenta. 
 
Enfin plusieurs licenciés de l’AGJP ont été sanctionnés pour une bagarre générale face à l’ASM. Six mois ferme et six mois avec sursis pour le joueur Daniel Royne, six matchs ferme et huit autres avec sursis pour le gardien Jacques Royne, mais aussi un an de suspension ferme et un an de sursis pour le dirigeant Robert Wadrehane et six matchs ferme, plus six mois ferme et deux ans de sursis pour l’éducateur du club Léon Jebez. 
 
Kalaje Gnipate, le joueur de Magenta à l’origine du tacle qui avait déclenché l’échauffourée a lui écopé de sept matchs ferme pour faute grossière et comportement violent.
 
Punition exagérée ? Pas pour la Fédération, qui compte mettre en place l’année prochaine une commission d’application des peines pour laisser la porte entrouverte. "Elle permettra de muter les sanctions en sursis ou en travaux d’intérêt général si les licenciés incriminés s’impliquent dans des projets éducatifs autour du ballon rond. Nous pensons qu’une personne qui  a été punie pour une erreur peut être un bon éducateur pour les jeunes" a expliqué Nicolas Guillemard, le secrétaire général de la FCF. La création de cette commission devra toutefois être validée lors de l’assemblée générale de la Fédération en décembre prochain. Elle devra en tout état de cause ne pas oublier ce qu’il s’est passé sur les terrains.
 
Du changement au classement: 
Outre les suspensions, des points de pénalités ont été infligés aux clubs concernés par les agressions. Perte du match contre Lössi et deux points de pénalité pour Thio Sport, idem pour Gaïtcha face à Magenta et perte du match ainsi que cinq points de pénalités pour l’AGJP.
Au classement de la Super Ligue, Magenta gagne deux rencontres sur tapis vert et prend la tête avec 70 points. Lossi récupère également quatre points mais se retrouve deuxième avec 67 points. Gaitcha reste 7e avec 38 points au lieu de 40. Dans le bas de tableau AGJP se retrouve 12e avec 27 points à une petite longueur de Thio, 28 points.