nouvelle calédonie
info locale

10 mois de prison ferme pour l'un des agresseurs du caviste de Ouémo

justice
affaire caviste
Tribunal de Nouméa ©NC 1ère
Le 4 juillet dernier, seize jeunes garçons âgés de 16 à 21 ans décident de voler des bouteilles de vin chez un caviste installé à Ouémo. Ce dernier a été gravement blessé après le jet d’une bouteille au visage à moins de deux mètres.
Ils sont huit à la barre sur les seize prévenus accusés de vol en réunion avec violence ou de vol aggravés. Huit jeunes gens, qui le 4 juillet dernier, ont passé la journée à boire et a cherché encore en fin d’après-midi à acquérir de l’alcool ou plutôt à en voler. Ils se rendent d’abord dans une première supérette mais l’alcool y est consigné sous clé. Ils tentent alors leur chance avec succès chez le caviste d’à côté.
 
Le gérant, Rémo Jamin, tente d’attraper l’un des jeunes par son pull alors qu’il se saisit de plusieurs bouteilles. Ce dernier le bouscule violement et lui en jette une au visage. Une employée évite un autre jet de justesse, une autre bouteille explose même la vitrine du commerce. Le groupe se sauve... Une partie de leurs compères restés à l’extérieur leur prêtent main forte pour porter le butin et le consommer sur une colline voisine. 
Avertie, la police les interpellera dans l’heure.
 
Devant le tribunal, leur comportement  frise pour certains l’insolence. Ils formulent  tout de même des excuses auprès de la victime qui a failli perdre un œil et souffre toujours de la mâchoire. Ces jeunes dont certains travaillent, d’autres sont diplômés ont pour la plupart déjà été condamnés pour des vols et se justifient en expliquant avoir agi sous l’effet de l’alcool entraîné par le phénomène de bande. 
 
L’auteur du jet de bouteille a été condamné à 10 mois de prison ferme, un autre à 4 mois. Les autres finalement accusés de vols en réunion héritent de peine allant de 6 à 4 mois de prison avec sursis et n’auront donc pas droit à l’erreur pendant cinq ans. 
 
L’affaire sera renvoyée au civil pour les dommages et intérêts à verser au caviste après une nouvelle expertise médicale. 
 
Publicité