publicité

Accident mortel de la Savexpress: le procès du doute

En janvier 2011, un pompier qui rentrait chez lui au petit matin avait fauché et tué un jeune homme de 19 ans et blessé deux autres personnes. Le jugement sera rendu le 26 novembre prochain mais l’affaire examinée ce vendredi laisse perplexe et sans réponse la famille de la victime.

© NC 1ère
© NC 1ère
  • Par Catherine Léhé (A.P)
  • Publié le
L’affaire laisse perplexe toutes les parties et surtout la défense de la famille de Jean Bosco Talimalu, 19 ans décédé cette nuit-là. Ce jeune adulte marchait en file indienne en bordure de la voie rapide à hauteur de l'Etrier avec une amie et un autre jeune homme.
Le conducteur d'un gros 4x4 à l’allure particulière a soudainement perdu le contrôle de son véhicule...

Si la jeune femme a tout juste le temps de se retourner et de sauter par-dessus la glissière, les deux autres sont percutés par l’arrière. Le garçon de 19 ans décède sur le coup, l’autre jeune homme est gravement blessé mais survit miraculeusement. La rescapée, témoin des faits, prévient la police. C’est sur sa description que le véhicule est identifié et correspond en de nombreux points à celui de l’accusé mais pas totalement...

Ce soir là, l’accusé reconnaît avoir percuté quelque chose, avoir même jeté un regard dans le rétroviseur. Faute de n’avoir rien vu, il a poursuivi sa route jusqu’à son domicile. Le lendemain, sa concubine lui fera même remarquer le mauvais état de sa voiture où ne figure aucune trace de sang. L’accusé, pompier depuis 14 ans, tombe même des nues quand les policiers débarquent chez lui et lui apprennent le drame. Impossible pour lui de reconnaître les faits, il n’ en a aucune image.
Le doute est omniprésent dans cette affaire jugée près de quatre ans après les faits. L’enquête présente de nombreux manquements: les bandes vidéos de la Savexpress n’ont pas été conservées et les débris de la voiture n’ont été ni expertisés ni placés sous scellés.

La nuit du drame, l’accusé avait fumé un joint, bu du kava, quelques bières et  des pieds de cannabis ont été retrouvés chez lui par les policiers. Une addiction qui aujourd’hui relèverait du passé.

Au tribunal correctionnel de Nouméa, le ministre public a requis ce vendredi six mois d'emprisonnement.
Le jugement sera rendu le 26 novembre prochain.

Dans cette affaire, il semble qu’aucune des parties n’obtiendra les réponses qu’elle espérait enfin trouver. 

 

Sur le même thème

  • justice

    L'agresseur du chauffeur de bus sera jugé le 10 septembre prochain

    L'affaire qui s'est déroulée le 8 août dernier à Dumbéa sera finalement jugée le mois prochain. Le tribunal n'a pas pu visionner ce matin la vidéo-surveillance de l'intérieur du bus. Le jeune homme de 18 ans a été transféré au Camp Est. Il sera jugé le 10 septembre prochain.

  • justice

    18 mois de prison pour l’agresseur de Carsud

    18 mois de prison dont six avec sursis. Condamnation prononcée par le tribunal à l’encontre de l’auteur de l’agression avec arme à feu de la conductrice de Carsud. Les faits se sont déroulés vendredi dernier, à Dumbéa. La victime, toujours en état de choc, était présente. 

  • justice

    Le Congrès veut associer les coutumiers à la justice pénale des mineurs

    Ce jeudi, le Congrès a voté à l’unanimité en faveur de la réforme de la justice pénale des mineurs. Dans leur avis qui sera transmis à Paris, les élus calédoniens proposent que les autorités coutumières soient associées à la prise en charge des jeunes délinquants. 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play