Quel avenir pour les cabines téléphoniques calédoniennes ?

télécoms
Cabine téléphonique en Nouvelle-Calédonie
©NC1ère
En Nouvelle-Calédonie, les cabines téléphoniques ne gênèrent que 2% du chiffre d’affaire total des télécommunications. Pour autant, l'OPT n'envisage pas de les démanteler. 
Avec l’explosion de la téléphonie mobile en Nouvelle-Calédonie, on se demande ce que vont devenir les 1.260 cabines téléphoniques présentes sur tout le territoire. A priori, celles-ci devraient survivre au boom des téléphones portables, en tout cas pour le moment. 
 
Utilisée encore lors de problèmes de réseau ou pour passer des appels d’urgence, la cabine téléphonique reste un outil de service public. Si en métropole, leur démantèlement est déjà effectif, l’OPT n’envisage rien de tel sur le Caillou, même si les revenus de ce service se sont considérablement amoindri ces dernières années. 
 
En 2013, le mobile a généré 50% du chiffre d’affaire des télécommunications tandis que la téléphonie publique - c’est à dire l’ensemble des cabines téléphoniques présentes sur le territoire - ne générait que 2%. En l’espace de trois ans, les ventes de cartes IZI ont chuté de moitié. 
 
Depuis septembre 2014, on dénombre pas moins de 257.000 abonnés au service mobile de l’OPT. Le taux d’équipement est de 107%. 
 
Retrouvez le reportage en images de Nadine Goapana et Robert Tamanogi pour NC1ère : 

 


Les Outre-mer en continu
Accéder au live