Kiribati, Tuvalu, Salomon...: "n''oubliez pas les autres Îles" dévastées par le cyclone Pam

archives d'outre-mer
Tuvalu cochon
Tuvalu... ©Plan International Australia
Alors que toute l'attention se porte sur le Vanuatu dévasté par le "monstre", plusieurs associations humanitaires, comme Plan International Australia, tentent d'alerter le monde sur les dégâts occasionnés par le cyclone Pam sur les archipels "oubliés" du Pacifique Sud.
Cette association humanitaire a publié des photos des dégâts occasionnés par Pam à Tuvalu et à Kiribati. Enele Sopoago, Premier ministre de Tuvalu, a déclaré sur Radio New Zeland International que " 45% de la population des Tuvalu, ont été touchés, gravement touchés..."

Maison tuvalu pam
©Plan International Australia

 

De nombreuses habitations ont été entièrement détruites sur ces deux archipels dont on connaît le niveau de pauvreté...
Colin Tukuitonga, Directeur général de la CPS (Communauté du Pacifique Sud) a déclaré que son organisation pouvait à tout moment dépêcher des équipes à Vanuatu, à Kiribati, à Tuvalu et aux Îles Salomon, en fonction des besoins que communiqueraient leurs gouvernements respectifs après le passage de ce violent cyclone.

kiribati cyclone pam
Kiribati... ©Plan International Australia

 

 
Kiribati,qui souffre déjà depuis plusieurs années de la montée des eaux due au réchauffement climatique, est dans une situation très critique après le passage de Pam. Les cultures vivrières ont été noyées sous les pluies diluviennes du puissant cyclone.

L'Est des Salomon a aussi été frappé par le cyclone Pam, plus particulièrement Tikopia où des habitants ont été sérieusement blessés par des chutes d'arbres ou les débris de leurs habitations...
 
Un important élan de solidarité commence à se mettre en place pour venir en aide au Vanuatu, ancienne colonie franco-britannique (indépendante depuis 1980) dévastée après le passage du "monstre" selon le terme utilisé par le Président vanuatais.

Mais les autres archipels voisins de la Nouvelle-Calédonie ne doivent pas pour autant être oubliés, c'est en tous cas le message que plusieurs organisations non gouvernementales tentent de faire passer auprès de la communauté internationale.