Election du président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie: acte démocratique ou trahison ?

politique
Gouvernement de Nouvelle-Calédonie
Gouvernement de Nouvelle-Calédonie ©NC1ère
Après l'élection mercredi après-midi aussi rapide que surprenante du nouveau président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, Phillipe Germain, des voix s'élèvent dans le camp loyaliste pour dénoncer une "trahison". 
Le gouvernement a désormais son équipe dirigeante. Philippe Germain à la présidence et Jean-Louis d’Anglebermes à la vice-présidence.

Les deux hommes ont été élus mercredi après-midi. C’était la surprise du jour, puisque l’annonce de la convocation des membres du gouvernement pour l’élection est tombée peu avant midi. 
 
Après plus de trois mois de crise, les quatre composantes du FLNKS ont décidé de prendre position et de voter pour le candidat de Calédonie Ensemble.
 
« Après plus de cent jours d’immobilisme, le gouvernement est en ordre de marche », a déclaré Philippe Germain (Calédonie Ensemble) lors de la conférence de presse qui a suivi l’élection.
 
Pour les indépendantistes, il s’agissait d’un vote citoyen accompli dans le sens d’un nécessaire déblocage de la situation, et sans contrepartie.
 
« L’élection de Philippe Germain à la présidence n’est que justice parce que ce sont les partis qui ont recueilli le plus de voix aux dernières élections », a commenté Déwé Gorodey (UNI-Palika) « C’est très démocratique »
 
« Les voix des indépendantistes en ma faveur ne résultent pas d’un quelconque troc auquel Calédonie Ensemble s’est toujours opposée », a insisté Philippe Germain. « Il doit être analysé comme un acte citoyen ».
 
A noter l’absence lors du vote de Gilbert Tyuiénon de l’Union Calédonienne (UC), de Bernard Deladrière du Front Pour l’Unité (FPU) et de Sonia Backès de l’Union pour la Calédonie dans la France (UCF).
 
« Cette élection, c’est la trahison des Calédoniens par Phillipe Gomès, ce sont des tractations qui ont eu lieu dans le dos des Calédoniens pour mener une politique de largage du nickel calédonien aux indépendantistes, pour mener une politique indépendantiste socialiste », a dénoncé Sonia Backès au micro de NC1ère. 
 
L’élection n’est pas non plus du goût du FPU. « Je prends acte de l’élection du candidat de Calédonie Ensemble à la présidence du Gouvernement, ce qui est une véritable trahison du camp loyaliste puisque c’est avec les voix indépendantistes et la complicité des socialistes », a déclaré Cynthia Ligeard au micro de NC1ère. « Désormais, l’indépendance est en marche, avec ses magouilles politiciennes », a-t-elle poursuivi. 

Retrouvez la réaction de Cynthia Ligeard en images, interrogée par Bernard Lassauce et Christian Favennec pour NC1ère :

 

La répartition des porte feuilles entre les onze membres du gouvernement doit se faire en fin de semaine.