nouvelle calédonie
info locale

Vaccination : la Nouvelle-Calédonie est un bon élève

santé
Vaccins
©francetvinfo.fr
La semaine de la vaccination européenne a lieu cette semaine, du 20 au 24 avril. L’évènement, organisé à l’initiative de l’Organisation Mondiale de la Santé, est relayé dans près de deux cents pays à travers le monde, dont la Nouvelle-Calédonie.
L’objectif de la semaine de la vaccination européenne est d’aider la population à mieux comprendre les bénéfices de la vaccination, et à informer sur les maladies concernées. 
 
En matière de vaccination, la Nouvelle-Calédonie fait partie des bons élèves. 
 
« Nous avons en Nouvelle-Calédonie un système de santé qui permet une vaccination efficace avec un taux de couverture qui est actuellement à plus de 98% », explique le Docteur Jean-Paul Grangeon, Directeur de la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de Nouvelle-Calédonie (DASS). 
 
Un taux extrêmement élevé, lié à l’implication sur le terrain des acteurs de la santé, auprès les écoles, dispensaires et centres médicaux. 
 
La vaccination est obligatoire en Nouvelle-Calédonie. Pour être scolarisé notamment, il faut être à jour de ses vaccinations. Pour le Docteur Jean-Paul Grangeon, la population calédonienne aurait aussi bien compris que la vaccination représente un avantage pour la santé. 
 
Ecoutez l’intervention du Docteur Jean-Paul Grangeon au micro de NC1ère La Radio :

ITW Grangeon 230415

 

La vaccination permet de lutter contre des maladies infectieuses, qui aujourd’hui ont quasiment disparu. Finis les grands épisodes d’épidémies, qui sévissaient encore il y a une vingtaine d’année. 
 
La prise en charge est d’ailleurs à 100% pour les enfants, et à la charge des employeurs pour les salariés.
 
On compte aujourd’hui sept vaccins pour lutter contre une dizaine de maladies. La Nouvelle-Calédonie prévoit une modification du calendrier vaccinal, dans un souci de limiter les injections et en procédant à des regroupements. 
 
« Le calendrier vaccinal est modifié régulièrement en fonction notamment de l’amélioration des vaccins », explique Anne Pfannstil, médecin de la prévention auprès de la DASS. « Et également pour qu’il y ait moins d’injections afin que les gens adhérent plus facilement ». 
 
Ecoutez l’intervention d’Anne Pfannstil au micro de NC1ère La Radio :

ITW Pfannstil 230415

 

Le texte concernant la modification du calendrier vaccinal pourrait être présenté dans le courant de l’année par le Gouvernement.
 
Publicité