publicité

Affaire Tyuiénon-Brot : le tribunal doit rendre sa décision lundi après-midi

La décision concernant l’affaire de diffamation qui oppose Gilbert Tyuiénon à l’ancien Haut-Commissaire de Nouvelle-Calédonie Jean-Jacques Brot doit être rendue lundi après-midi par le tribunal correctionnel.

Image d'archives - L'ancien Haut-Commissiare de Nouvelle-Calédonie Jean-Jacques Brot © NC 1ère
© NC 1ère Image d'archives - L'ancien Haut-Commissiare de Nouvelle-Calédonie Jean-Jacques Brot
  • Isabelle Peltier (avec E.K.)
  • Publié le
Un Haut-Commissaire de la République visé par une plainte en diffamation : il s’agit d’une première en Nouvelle-Calédonie. Lundi après-midi, le tribunal correctionnel doit rendre sa décision concernant l’affaire qui oppose le maire de Canala, Gilbert Tyuiénon, à l’ancien Haut-Commissaire, Jean-Jacques Brot. 
 
L’affaire remonte à février 2014, alors que le Haut-Commissaire de l’époque, Jean-Jacques Brot, devait effectuer une visite à Canala. La veille au soir, Jean-Jacques Brot aurait semble-t-il refusé le temps de recueillement sur la tombe d’Eloi Machoro - moment qui était prévu au programme de cette visite. Le maire de la commune et ancien vice-président du gouvernement, Gilbert Tyuiénon, avait alors, dans la foulée, décidé d’annuler l’événement. 
 
La semaine suivante, une dispute intervient entre les deux hommes, avant une réunion du gouvernement. Le maire de Canala affirme que le Haut-Commissaire était parfaitement au courant des détails de sa visite - dont l’hommage sur la tombe du leader indépendantiste. De son côté, le Haut-Commissaire dénonce « une embuscade politique ». Jean-Jacques Brot utilisera d’ailleurs plusieurs fois ce terme, qu’il répétera ainsi quelques jours après les faits, lors d’interventions sur Radio Djiido et sur RRB. 
 
Suite à ces interviews, Gilbert Tyuiénon porte plainte en mai 2014 contre le Haut-Commissaire, pour diffamation. En cause également, des courriels de Jean-Jacques Brot au chargé des relations extérieures du gouvernement François Bockel. 
 
Après plusieurs reports, l’affaire a été présentée en mars dernier devant les juges du tribunal correctionnel, soit près d’un an après l’introduction de la plainte. 
 
Pour Maître Lombardo, avocat de l’ancien Haut-Commissaire, les mails ne ressortent pas du domaine public et ne peuvent pas servir de base à une action en diffamation. Quant aux interventions radiophoniques de Jean-Jacques Brot, leurs propos seraient « tout au plus injurieux, mais pas diffamants ».
 
L’avocat de Gilbert Tyuiénon, Maître Deswarte, estime quant à lui, que les mails de l’ancien Haut-Commissaire à François Bockel doivent au contraire être rattachés au contexte général, et donc, aux interviews radio sur Radio Djiido et sur RRB. La Procureure de la République n’a rien requis. 
 

Sur le même thème

  • justice

    Huit mois avec sursis requis contre Paul Néaoutyine pour favoritisme

    Le président de la province Nord comparaissait ce matin devant le tribunal correctionnel de Nouméa pour délit de favoritisme, en compagnie de trois autres prévenus. Il lui est reproché de ne pas avoir lancé d’appel d’offres dans un marché de transport d’enfants handicapés. Délibéré le 29 octobre. 

  • justice

    L’affaire des taxi-boats sera jugée en décembre

    L’exploitant de l’île aux Canards et le pilote d’un des deux navires comparaîtront le 17 décembre en correctionnelle pour homicides et blessures involontaires. Dans la nuit du 7 au 8 avril 2017, la collision de deux navettes entre l’îlot et l’anse Vata avait fait trois morts. 

  • justice

    Un logo calédonien pour la cour d'appel de Nouméa

    A l'instar de Rennes ou Bordeaux, la cour d'appel de Nouméa adoptera un logo particulier aux côtés de Marianne, le symbole de la République. Le projet a été confié à des élèves du lycée Jules Garnier. Projet réalisé sous forme de concours dont le lauréat était désigné la semaine dernière.

Les tweets de NC 1ère

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play