nouvelle calédonie
info locale

Le virus du Nipah détecté au Parc forestier de Nouméa

santé
Roussettes
Des roussettes au parc forestier ©NC1ère
Au Parc forestier de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, trois roussettes ont été détectées positives au virus Nipah. Un virus jusque-là inconnu sur le territoire et potentiellement transmissible à l'homme. 
En début de semaine, trois roussettes sur quatorze du parc zoologique de Nouméa ont été détectées positives virus Nipah.  
 
« Le virus nippa est un virus émergent, qui a été découvert il y a peu de temps », explique le docteur Jean-Paul Grangeon de la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de Nouvelle-Calédonie (DASS). 
 
Le virus Nipah a été découvert en 1999, et tire son nom de l'endroit où il a été identifié pour la première fois en Malaisie. Son réservoir naturel : les chauve-souris. Inoffensif pour celles-ci, il a provoqué des infections graves chez d’autres animaux, dont les porcs. Il est aussi potentiellement transmissible à l'être humain. 
 
« C’est une contamination qui se fait par les sécrétions des roussettes, mais aussi des cochons, donc il faut éviter le contact direct avec ces animaux », ajoute-t-il. 
 
Les consignes de sécurité concernent principalement la consommation de fruits et de viande. Quand on manipule des fruits, il faut faire attention à ce que ceux-ci n’aient pas été grignotés par des roussettes, et il faut veiller à bien faire cuire la viande de roussette ou de cochon avant de la consommer. 
 
Le docteur Jean-Paul Grangeon se veut cependant rassurant. « On peut penser en l’état actuel des connaissances, que le risque de contamination de l’animal à l’homme est très faible », précise-t-il. 

Ecoutez les propos de Jean-Paul Grangeon au micro de Jean-Paul Treuil pour NC1ère La Radio : 

ITW Grangeon 060515

 

Aucun cas humain d’infection au virus Nipah n’avait été répertorié jusqu’à présent en Nouvelle-Calédonie. 
 
« La présence de ce virus était jusque-là inconnue en Nouvelle-Calédonie », explique Almudena Lorenzo, directrice du Parc forestier de Nouméa. 
 
Les roussettes pourraient avoir été contaminées depuis plusieurs années. Selon Almuneda Lorenzo, il y a en effet peu de chances que celles-ci aient contracté le virus au Parc forestier. 

Ecoutez les propos d'Almudena Lorenzo au micro de Jean-Paul Treuil pour NC1ère La Radio : 

ITW Lorenzo 060515

 

Les trois roussettes détectées positives au Nipah ont été euthanasiées mercredi matin. Des prélèvements supplémentaires ont été prélevés sur les cadavres, qui doivent permettre d’affiner les recherches. Les onze autres roussettes ont été placées en quarantaine. 

Regardez les précisions de Valérie Campos, directrice du Service d'inspection vétérinaire, alimentaire et phytosanitaire, interrogée par Gwen Quemener sur le JT de NC1ère (06/05/2015) :