Le directeur de publication du Chien bleu relaxé dans une affaire de diffamation l'opposant à Harold Martin

justice
tribunal biscochoc
Tribunal de Nouméa ©NC 1ère
Le Tribunal Correctionnel de Nouméa a prononcé la relaxe dans une affaire de diffamation opposant le maire de Païta Harold Martin, au Chien Bleu. Le principe de bonne foi a été retenu en faveur du directeur de publication du mensuel satirique.
L’affaire remonte au mois d’août 2014 lorsque le Chien Bleu publie un article évoquant un prétendu délit de favoritisme dans un marché public passé par la commune de Païta, et visant nommément  le maire Harold Martin. Son avocat demande alors la condamnation d’Etienne Dutailly. Mais le tribunal correctionnel a prononcé ce matin la relaxe du directeur de publication du mensuel satirique.

Pour l'avocate d'Etienne Dutailly Maître Pancrazi, "le fait justificatif de bonne foi, et l'absence d'atteinte à l'honneur d'Harold Martin ont été déterminants".
Maître Royanez, qui défend les intérêts d’Harold Martin, souligne de son côté qu’il n’existe aucun délit de favoritisme dans le marché public passé par la mairie de Païta, car celui-ci avait été présenté en commission d’appel d’offre.
 
L’avocat d’Harold Martin pourrait prochainement interjeter appel de la décision du tribunal correctionnel.

Le reportage de Martin Charmasson


Chien bleu tribunal

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live