publicité

Vincent Bouvier: "le temps presse, les échéances approchent"...

Après avoir été l'invité de NC1ère Radio vendredi après-midi, le Haut-Commissaire Vincent Bouvier était l'invité du journal télévisé de dimanche soir. Le Comité extraordinaire des Signataires, et le consensus qui en résulte et préside aux travaux en cours, ont constitué l'essentiel de cet entretien.

  • IP
  • Publié le
Pour le Haut-Commissaire Vincent Bouvier, c'est "l'esprit de dialogue" qui a soufflé sur le Comité extraordinaire des signataires. Un esprit de dialogue, qui, selon lui, devrait beaucoup à la personnalité du Premier ministre Manuel Valls. A travers ce dernier, l'Etat a réaffirmé son engagement auprès des Calédoniens et son rôle de partenaire. Manuel Valls s'est par ailleurs engagé à se rendre cette année, en Nouvelle-Calédonie. S'agissant de la question des corps électoraux, qui représentait le coeur des débats de ce Comité extraordinaire des Signataires, le Haut-Commissaire a été clair: 
 

"Pour le réferendum, 80 à 85% des électeurs n'auront pas à faire de démarche volontaire pour être inscrits"

"Pour le referendum, on s'est mis d'accord sur une extension de l'inscription d'office à certains électeurs: pourront être inscrits d'office, les électeurs admis à participer à la consultation de novembre 1998, les électeurs de statut civil coutumier, et, catégorie nouvelle pour l'inscription d'office, les électeurs nés en Calédonie et déjà inscrits sur les listes électorales provinciales. Donc, au total, 80 à 85% d'électeurs n'auront pas à faire de démarche volontaire pour être inscrits". L'écueil était bien la liste pour les provinciales, qui servira de support aux inscriptions automatiques pour la constitution du corps électoral de sortie de l'Accord : "Les personnes présentes entre 1988 et 1998 devaient-elles aussi être inscrites sur la liste électorale générale, c'était ça le fond du débat, qui opposait indépendantistes et non-indépendantistes, et qu'il fallait trancher, car ça compromettait la sérénité nécessaire sur la discussion de la sortie de l'accord. Ce qui a été décidé, c'est de faire un état des lieux très précis des électeurs concernés pour cette période 1988-1998, et des personnes arrivées après 1998, qui auraient été indûment inscrites, le tout sous l'autorité d'experts de confiance. On refera ensuite un point au prochain comité des signataires, en novembre".
 

"Les partenaires politiques ont choisi la voie du compromis"

Vincent Bouvier salue le travail de l'ensemble des forces politiques calédoniennes: "les partenaires ont voulu poser le problème, et ont choisi la voie du compromis, celui d'une solution équitable pour cette catégorie d'électeurs". Après le Comité des Signataires, il était l'heure de se retrousser les manches. C'est chose faite, au sein de comités de pilotages qui prennent place au Haut-Commissariat:  "Nous travaillons également, avec les partenaires politiques, dans les comités de pilotage, sur les amendements à apporter à la loi organique - que je ferai ensuite remonter à Paris". Le Haut-Commissaire estime que "il ne faut pas perdre de temps, car les échéances de sortie de l'Accord approchent"...


 

Vincent Bouvier répondait aux question de Dave Wahéo-Hnassone


BOUVIER JT 150619


Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.
Cela ne vous prendra que quelques minutes.

Je participe à l'enquête