Nickel : stratégies et fonds souverain

nickel
nickel
Quelles stratégies pour la SLN, Vale et KNS? La montée de la prise de participation de la Nouvelle-Calédonie dans le capital de la SLN ne fait par exemple pas l'unanimité. En revanche, tout le monde s'accorde sur la création d'un fonds souverain pour les générations futures. 
En matière de stratégie, la Calédonie s'en est longtemps remise à celle des mineurs, et de la SLN. Et puis il y a eu l'usine du Nord, avec la prise de participation majoritaire de la province Nord au capital social de l'usine, 51% pour l'investisseur public à travers la SMSP, et 49% pour l'investisseur privé, Glencore, qui s'est engagé à financer l'intégralité du projet. C'est le fameux partenariat gagnant-gagnant d'André Dang, une stratégie nickel basée sur le contrôle de la ressource. Mais à ce jour, la reconstruction des fours de l'usine du Nord contrarie ses actionnaires.
 

Posco: un exemple probant

L'exemple de la Corée est plus probant. Là encore, la SMSP détient la majorité du capital. 51% de l'usine et sur les mines de la NMC contre 49% au sidérurgiste Posco. L'usine est en production; elle a été construite dans les délais, et elle a coûté dix fois moins cher que celle du Nord. Les résultats plaident pour la stratégie. De 2009 à 2014, l'usine a rapporté 30 milliards, quand les mines en perdaient 9. Mais qu'adviendra-t-il de l'usine quand il n'y aura plus de minerai? Quelles seront les obligations de l'actionnaire majoritaire? La question se pose avec plus d'acuité encore pour la SLN. La prise de contrôle de l'usine par la Calédonie pourrait exposer les finances publiques aux aléas du marché du nickel. C'est le principal argument des adversaires de cette stratégie basée sur la participation majoritaire.
 

La création d'un fonds souverain fait l'unanimité

La création d'un fonds souverain, en revanche, fait l'unanimité. Il servirait aux générations futures et serait financé par une taxe, basée sur les cours du métal et sur la teneur en nickel des produits exportés. Mais ce nouvel impôt devra aussi être compatible avec le pacte de stabilité fiscale qui exonère d'impôt, de droits et de taxes KNS et Vale durant 15 à 20 ans. Une équation difficile à résoudre après l'avis négatif du Conseil d'Etat il y a deux ans sur une loi de pays qui prévoyait d'instaurer une redevance d'extraction minière...
 

Les explications en images d'Olivier Jonemann