publicité

Pour la CTC, Sarraméa doit se pourvoir d'un véritable cadre administratif et comptable

La Chambre Territoriale des Comptes, la CTC, a rendu son rapport d'observations définitives sur les exercices 2009 et suivants de la commune de Sarraméa. En ressortent, une situation financière dégradée, avec un résultat fortement déficitaire, et une désorganisation des services.

  • IP
  • Publié le
Située dans la chaîne, Sarraméa est une petite commune: elle compte 856 habitants. Son économie repose sur l'agriculture et le tourisme. Néanmoins, pointe la chambre territoriale des comptes, si le développement touristique représente un enjeu majeur, la commune n'est pas suffisamment organisée pour y faire face. D'une manière générale, d'ailleurs, Sarraméa doit se doter d'outils d'analyse, afin de mieux définir ses orientations. 
 

Un phénomène de chaises musicales dans l'encadrement administratif

Mais, avant de tracer des perspectives, la petite commune doit d'abord stabiliser son encadrement administratif et son service comptabilité. Sur un seul mandat, l'examen de la CTC fait en effet ressortir un phénomène de chaises musicales, avec des postes plusieurs fois pourvus, voire... non renouvelés. D'où une désorganisation des services. Et des désordres comptables en pagaille. Exemple, des factures datant de 2013, voire, de 2012 et même de 2009, sont rattachées au budget 2014, affectant la sincérité des comptes. Des comptes, dont le résultat global 2013 est déficitaire, avec - 31,2 millions de francs CFP, sans compter des dépenses de fonctionnement qui restent à mandater, toujours pour l'exercice 2013, à hauteur de... 22,3 millions de francs CFP.
 

"Responsabiliser les usagers"

Pêle-mêle, la CTC note que le taux de réalisation des dépenses d'équipement est inférieur à 50% sur l'ensemble de la période examinée; que l'épargne disponible présente en 2012 un solde négatif, et que, "en l'absence de fonds de roulement, la commune est contrainte de différer le règlement de ses fournisseurs, au risque de fragiliser leur situation financière". Si la commune est modérément endettée, sa marge de manoeuvre est faible, surtout si l'on tient compte des investissements importants qu'il lui reste à réaliser en matière d'eau et d'assainissement. Bref, Sarraméa doit travailler à présenter des comptes fiables, qui intègrent ses charges et ses engagements, et à rétablir une capacité d'auto-financement. Par ailleurs, la Chambre territoriale des comptes préconise la "responsabilisation des usagers", avec le recouvrement des factures et redevances dues. 

Sur le même thème

  • Finances

    Le budget supplémentaire de la Nouvelle-Calédonie enfin adopté

    Ça y est ! Le très attendu budget supplémentaire de la Nouvelle-Calédonie a été voté, ce mardi, par les membres du gouvernement réunis en séance collégiale. Il va être déposé sur le bureau du Congrès en vue d'y être examiné le 30 octobre. Le budget propre se monte à 6,3 milliards CFP.

  • Finances

    La Nouvelle-Calédonie peine à présenter son budget supplémentaire

    Le budget supplémentaire de la Nouvelle-Calédonie pour cette année 2019 cristallise les tensions. Alors qu’il devait être soumis au Congrès en septembre, aucune majorité n'arrive à se dégager au sein du gouvernement collégial. Les membres de l’exécutif ne parviennent pas à s’entendre sur le sujet. 

  • Finances

    Koné simplifie sa comptabilité

    La commune de Koné est devenue pionnière en matière de dématérialisation comptable en province Nord. Mardi, elle a signé une convention avec la chambre territoriale des comptes, la direction des finances publiques de la Nouvelle-Calédonie et le trésorier-payeur.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.
Cela ne vous prendra que quelques minutes.

Je participe à l'enquête