Conflit de Gadji: statu quo après la réunion du CLIC/ la collecte des déchets ménagers a repris

société
Gadji blocage
Le blocage de l'ISD de Gadji, qui dure maintenant depuis de nombreuses semaines, a de lourdes conséquences sur le fonctionnement et l'économie du pays.
Le CLIC, le comité local d’information et de concertation de l’ISD de Gadji a été mis en place vendredi. Institution, entreprises, coutumiers et services concernés se sont réunis à Port-Laguerre. Mais après 3 heures de discussions, la situation de l’ISD n'a pas pu être débloquée.

 Les coutumiers de Païta campent sur leur position. Ils ne veulent plus des cendres de Prony Energies dans leur commune. Transparence était pourtant le maître mot de cette réunion. Une transparence souhaitée par la Province Sud. La CSP a tout d’abord procédé à la présentation de l’ISD de Gadji. L’installation répond aux normes européennes, et fait l’objet d’un suivi environnemental. Comme tout ce qui est enfoui à Gadji, les cendres produites par Prony Energies sont classées en tant que déchets non dangereux, selon les données avancées par les services concernés. Mais cette démonstration n’a pas convaincu les coutumiers de Païta. « Ces cendres doivent rester à Yaté », ont-ils martelé.

L'ISD de Gadji est la seule installation aux normes pouvant accueillir les cendres de Prony Energies

Les coutumiers ont par ailleurs fait deux propositions : que ces cendres soient stockées de façon temporaire à Goro et que les boues des fosses septiques ne soient plus mélangées aux cendres mais à la scorie. Cependant, ces propositions sont techniquement irréalisables dans l’immédiat. En effet, l’ISD de Gadji est la seule installation aux normes pouvant accueillir ces cendres. Et cela concerne, chaque année, près de 50 000 tonnes de résidus produits par la centrale à charbon de Prony Energie. Son directeur général, Jean-Michel Deveza, regrette qu’aucun accord n’ait été trouvé malgré les preuves apportées.

Le site de traitement des cendres de Prony ne verra pas le jour avant trois ans

De son côté, la Province sud propose qu’une étude complémentaire sur les milieux marins soit réalisée. Une étude qui répond aux inquiétudes des coutumiers exprimées lors de la réunion du 9 juillet dernier concernant l’impact environnemental et sanitaire de l’enfouissement des cendres à l’ISD de Gadji. En ce sens, eaux de mer, eaux douce et même chairs de crabes de palétuviers seront analysées. Si le projet de construction du site de traitement des cendres à Prony - qui ne verra pas le jour avant 3 ans - a été évoqué, cette première réunion n’aura pas permis de trouver une solution à court terme. Le conflit de Gadji demeure. Une réunion des coutumier sur le sujet doit prendre place ce samedi après-midi. Une autre réunion a lieu au Haut-Commissariat.

Et puis suite à la levée du blocage des vidangeurs, vendredi, la collecte des déchets ménagers a repris ce week-end dans le Grand Nouméa.
 

Le reportage à Port-Laguerre de Malia Noukouan

Gadji



La réaction du président de la province Sud Philippe Michel au micro de Malia Noukouan

Michel itw