Une jeune femme écrouée dans l'affaire du meurtre de Daniel Monteiro

justice
gendarmerie ouaco
Dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Daniel Monteiro, la Procureure de la République Claire Lanet a confirmé l'interpellation ce weekend d'une jeune femme de 21 ans. Cette dernière a été écrouée lundi après-midi.
Dans le cadre de l'enquête concernant le meurtre de Daniel Monteiro, une femme de vingt et un ans. Déférée devant un magistrat instructeur, elle a été écrouée lundi après-midi.

"Elle a reconnu avoir participé aux faits qui ont causé la mort de Mr Monteiro", a commenté la Procureure de la République Claire Lanet. "Cette personne a eu une part très active. Elle reconnaît elle-même avoir frappé la victime, l'avoir jetée à l'eau".

Selon les déclarations de la jeune femme, le mobile de son acte était le vol du véhicule automobile.

Deux individus, âgés de 19 et 26 ans avaient déjà été mis en examen, après avoir été formellement vus à bord du véhicule de Daniel Monteiro, qui a été volé, recelé, puis détruit par incendie. Ils n'ont à aucun moment avoué leur implication au meurtre de Daniel Monteiro, mais ont participé au recel, aux faits de destruction par incendie du véhicule automobile.

Les deux hommes interpellés vendredi dernier sont connus des forces de l’ordre pour des infractions à la législation sur les stupéfiants, ainsi que pour des atteintes contre des biens. Ils étaient fortement alcoolisés au moment de leur garde à vue et 24 heures de dégrisement ont été nécessaires afin de pouvoir les interroger. Présentés au parquet, puis devant le juge des libertés et de la détention, ils ont ensuite été écroués pour garantir la sincérité de l’enquête.

L'enquête est toujours en cours. Pour l'instant, aucun lien entre la jeune femme interpellée lors du weekend et les deux hommes n'a été établi.

Le corps de Daniel Monteiro avait été retrouvé sans vie la semaine passée dans un creek de Karikaté, à Païta. La victime, enlevée, séquestrée, et battue de manière extrêmement sauvage, avait ensuite été jetée dans l'eau, inconsciente. L'autopsie a révélé que le septuagénaire était mort noyé.

La carte bancaire de la victime a fait l'objet d'une utilisation frauduleuse. Parmi les effets de la victime se trouvait sa carte bancaire, avec un post-it sur lequel était indiqué le numéro de la carte. L’identification des auteurs de cette fraude est en cours.