3000 personnes dans les rues de Nouméa pour dire stop à la violence

violence
Une marche blanche à Nouméa pour dire non à la violence
Une marche blanche à Nouméa pour dire non à la violence, vendredi 7 août 2015 ©NC1ère
Vendredi 7 août, 3000 personnes ont participé à la marche blanche organisée à Nouméa par la CCI et le Syndicat des commerçants de Nouvelle-Calédonie pour manifester contre la violence, qui secoue le pays depuis quelques temps.
Ce vendredi midi, des autocollants "Stop à la violence" ont fleuri sur les vestes et les t-shirts. Au total, ce sont plus de 2000 autocollants qui ont été distribués.

Des banderoles aussi, avec parfois des slogans rappelant la terrible actualité des derniers jours. "Nous sommes tous Daniel" peut-on lire par exemple sur certaines d'entre elles.

D'après les estimations de la police, près de 3000 personnes avaient répondu présentes à l'appel de la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) et du Syndicat des commerçants, pour participer à la marche blanche, qui s'est tenue au centre-ville de Nouméa, de 11h à 13h.

Parti de la rue Driant, devant le magasin Paréo Styl, le cortège a traversé le centre-ville pour rejoindre le Haut-Commissariat, où un groupe de représentants des commerçants est allé déposer un cahier de doléances au Haut-Commissaire.

Les participants à la marche sont unanimes. Ils sont là car ils se sentent tous concernés par la question de la violence et de l'insécurité.

"Je participe à cette marche parce que c'est une cause qui concerne tout le monde", explique une participante. "Il faut mettre un terme à la violence et sensibiliser nos jeunes. Je pense que le Sénat coutumier et les chefferies doivent travailler ensemble pour donner des sanctions."

Ecoutez son intervention au micro de Wiliam Lecren pour NC1ère La Radio :

ITW Participante marche 07/08/15


L'élément déclencheur de cette marche a tout d'abord été l'agression subie par une commerçante du centre-ville, qui tenant le magasin Paréo Styl, point de rendez-vous du cortège. Cette dernière avait été sauvagement attaquée par un individu le 31 juillet dernier alors qu'elle était dans sa boutique. Au cours de cette agression, la commerçante a perdu l'usage d'un oeil.

Peu de temps après, un autre événement dramatique était venu endeuiller le pays avec le meurtre d'un retraité de 71 ans, Daniel Monteiro, qui avait été ligoté, sauvagement battu, avant d'être jeté dans la rivière.

"Daniel faisait partie des anciens marins et anciens combattants de Nouvelle-Calédonie, dont je suis le président", explique un participant. "Cela faisait quarante-cinq ans que Daniel était aux côtés de l'association et c'est pour cette raison que j'ai voulu être présent".

De nombreux commerçants étaient présents à la manifestation. Ils expriment souvent un sentiment général d'insécurité et font état de problèmes de délinquance dans le centre-ville.

"On se demande où on va et de quoi sera fait le lendemain", explique une jeune participante. "En tant que vendeuses, on est toujours dans cette crainte, au centre-ville".

Certains expriment même avoir peur quand ils se déplacent au centre-ville, particulièrement en fin de journée.

A la fin de la manifestation, qui s'est terminée à 13h devant les grilles du Haut-Commissariat, les représentants des commerçants ont été reçus par le Haut-Commissaire. A la sortie de l'entretien, ils s'exprimaient satisfaits. "Je pense qu'il va se passer quelque chose, qu'on va avoir plus de police dans la ville", a expliqué l'un d'entre eux.

La possibilité d'avoir des gendarmes dans la ville, en plus des forces de police, a entre autres été discutée.

"Personne ne peut rester insensible à ce qui s'est passé", a déclaré Vincent Bouvier, Haut-Commissaire de Nouvelle-Calédonie. "Pour ce qui relève directement de la responsabilité de l'Etat, c'est à dire les forces de police et de gendarmerie, nous allons développer cette présence, monter des opérations ciblées, coup de poing, sur certains quartiers, à certains moments."

"Cette question de la prévention de la délinquance, il faut dire aussi que c'est l'affaire de tous", a ajouté le Haut-Commissaire.

Retrouvez (dans quelques minutes) les images de la manifestation contre la violence du 7 août 2015. Des images de Bernard Lassauce et José Solia pour NC1ère :

Dimanche dernier, un homme, présenté par les forces publiques comme un sans domicile fixe, avait été tué à coups de pierre par un autre homme.

Retrouvez les images de la manifestation contre la violence du 7 août 2015. Des images de Bernard Lassauce et José Solia pour NC1ère :