nouvelle calédonie
info locale

Drapeau FLNKS : la maire de Bourail souhaite toujours une consultation

politique
Levée du drapeau à Bourail
Fronton de la mairie de Bourail ©NC1ère
Levé samedi à Bourail, le drapeau FLNKS a été descendu dans la nuit de samedi à dimanche. Dimanche, les coutumiers ont à nouveau hissé les deux drapeaux. Brigitte El Arbi, la maire de la commune, regrette cette action.
Samedi dernier, le drapeau FLNKS avait été levé, à l'initiative des habitants du district de My, mais sans le consentement de la maire de Bourail, Brigitte El Arbi. Dimanche matin, le drapeau n'était plus sur le fronton de la mairie. 
 
Contactée par NC1ère La Radio, la maire s'est déclarée peu surprise par cet incident. "Comme j'avais dit aux manifestants, faire les choses comme ça, sans respecter la légitimité, ça peut après avoir des répercutions", explique-t-elle. 
 
Brigitte El Arbi reste campée sur sa position qu'elle avait déjà fait connaître la semaine dernière, à savoir qu’il aurait fallu consulter la population avant d’imposer la levée du drapeau. Une idée qu'elle avait l'intention de proposer lors de la tenue du prochain conseil municipal à la fin du mois. 
 
"Il faut présenter au prochain conseil municipal notre proposition de consultation", poursuit-elle. "Maintenant, on verra comment les choses évolueront."
 
Pour la maire, cette procédure n'intervient pas tardivement. "Au niveau du territoire, il faut que les instances soient mises en place et là, le Congrès vient d'être mis en place et nous étions dans la continuité de cela", conclut-elle. 
 
Le drapeau a été remis en place dans la journée de dimanche par les manifestants. 
 
Ecoutez l'intervention de Brigitte El Arbi au micro de Martine Nollet pour NC1ère La Radio : 

ITW El Arbi 10/08/15

Du côté des manifestants, il était nécessaire de lever le drapeau samedi sur la commune de Bourail. 
 
"Terre de parole, terre de partage, il faut le démontrer aujourd'hui qu'on partage", commente une habitante. 
 
"Pour faire un destin commun, il faut accepter l'autre", poursuit un autre habitant. "Accepter le drapeau, c'est accepter l'autre et surtout le peuple premier."
 
"Je suis tout à fait d'accord, il faut admettre qu'ils aient aussi besoin de leur drapeau", conclut une habitante. 
 
Ecoutez le micro-trottoir réalisé par Jean-Paul Treuil pour NC1ère La Radio : 

Microtrottoir Bourail 10/08/15

 


Publicité