publicité

Zone VKP : augmentation de la demande de logements et baisse des loyers

Cyrille Berhault, agent immobilier, était invité sur le plateau du JT de 19h de NC1ère. Il répondait aux questions de Cédric Wakahugneme concernant la baisse des loyers et les besoins en logements dans la zone VKP, en Nouvelle-Calédonie.

Cyrille Berhault, agent immobilier, invité sur le plateau du JT de 19h de NC1ère (14/08/2015) © NC1ère
© NC1ère Cyrille Berhault, agent immobilier, invité sur le plateau du JT de 19h de NC1ère (14/08/2015)
  • Par Elif Kayi
  • Publié le
Depuis deux mois, une baisse des loyers a été observée sur la commune de Koné, et plus généralement sur la zone Voh-Koné-Pouembout (VKP).

"Nous avons constaté une baisse de 10 à 20%, principalement sur les typologies de logements, de type F4-F5", explique Cyrille Berhault, agent immobilier en Province Nord. "Cette baisse de loyer correspond à une nouvelle offre de logements, devenus vacants, et des nouvelles constructions arrivées sur le marché."

La croissance démographique est un des facteurs de l'augmentation de la demande de logements.

"Ce qu'il faut savoir, c'est qu'il y a un besoin de logements sur la zone VKP", poursuit l'agent immobilier. "Il faut rappeler qu'il y a une croissance démographique présente de 4% par an environ, sur les quatre prochaines années".

D'autres facteurs, comme la fermeture de la base vie de l’usine du Nord fin juin, ont aussi contribué à l'arrivée sur le marché de nouvelles personnes à la recherche d'un logement en Province Nord, sur la zone VKP.

Cyrille Berhault souligne toutefois que la baisse des loyers est temporaire. "Cette baisse est conjoncturelle, mais il ne faut pas oublier qu'il y a des projets structurants actuellement en cours sur la zone VKP, notamment le collège, le lycée, l'hôpital", commente l'invité. "Tous ces projets amènent de la main d'oeuvre et du personnel à venir s'installer sur la zone".

Selon une étude, il existe un besoin de 400 logements par an sur les quatre prochaines années, avec un tiers de logements sociaux. Les besoins concernent plutôt des surfaces de type F2-F3. Une étude qualitative et quantitative doit être menée par la cellule Koniambo, avec les professionnels de l'immobilier pour chiffrer et mieux cerner la demande de logements.

Retrouvez l'intégralité de l'entretien avec Cyrille Berhault, conduit par Cédric Wakahugneme pour NC1ère :
INVITE-IMMOBILIER-VKP-140815

Sur le même thème

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play