nouvelle calédonie
info locale

Mercredi 19 août, 17h30 , les rouleurs continuent à perturber la circulation

grève
Les rouleurs occupent le Pays
©David Sigal
Ce soir, les rouleurs bloquent toujours le réseau routier dans le Sud mais aussi dans les autres communes plus au Nord du Pays.
Le point sur les derniers éléments récoltés par la rédaction de NC1ère. 

A Ponérihouen:


Le barrage est toujours maintenu ce soir, entre la tribu de Mou et la tribu de Monéo.
Le passage des forces de sécurité et des services d'urgence est facilité.

A Koumac:

A l'entrée de la mine étoile du Nord, sortie sud de KOUMAC, à noter la  présence de trois pelles et deux camions en bordure de la RT1.
Pas de blocage mais la circulation est alternée par moment.

A Poya:


Un seul point de blocage au Col de Népoui . Un tas de terre bloque une voie de circulation, l'autre voie est bloquée par un camion benne, le barrage est filtrant et la circulation se fait sur une voie. 

 

A Bourail:


Un Barrage filtrant est observé, la circulation est alternée, cet après midi, une centaine de personnes de la SMP Houaïlou était positionnée place des flamboyants mais pas d'engins de mine.   


La Foa:


Blocage alterné de la circulation, barrage mis en place par une pelle.
10 camions et 50 personnes originaires de La Foa, Canala et Kouaoua sont présents au carrefour de Fonwhary sur la RT1.   

Boulouparis: 


La circulation est ralentie au niveau du carrefour de la RT1 et de la route de Thio. 
Présence de 5 camions, 1 dumper, 1 pelle. les engins sont stationnés sur le côté de la route.

Tontouta, la Tamoa et le col de la Pirogue:


Dans ces trois zones, les rouleurs bloquent les ronds points et autres zones de la RT1. 
Dans le col de la Pirogue, les rouleurs manifestent leur mécontentement
©Claude Lindor

Nouméa:

Ce soir, les équipes TV de NC1ère sur le terrain témoignent de l'enlisement du conflit. 
Le rouleurs s'installent pour passer la nuit sur les sites, ils attendent 18h pour donner une suite au mouvement. 
Les automobilistes s'impatientent, désormais il est impossible de sortir ou de rentrer dans la capitale.  
Publicité