Foire de Koumac : le RSMA, un partenaire de longue date

festivités locales
RSMA
©Cédrick Wakahugneme
Comme chaque année, les volontaires stagiaires du régiment du service militaire adapté se préparent pour la Foire de Koumac. Pour cette 23ème édition, ils ont été sollicités pour l’organisation de l’évènement. L’objectif est notamment de mettre en valeur leurs savoir-faire.
Levés à l’aurore, les militaires stagiaires du RSMA de Koumac nourrissent la centaine de poules élevées sur place. Un rituel qu’ils effectuent chaque matin depuis leur intégration il y a presque un an. Billy Uregei fait partie de la filière élevage abattage. « Je suis originaire de Maré et comme j’aime bien la boucherie, j’apprends comment on soigne et abat des cochons et des poules », souligne le jeune volontaire stagiaire, « plus tard, je souhaite créer une ferme sur mon île ». 
 

Créer soi-même sa propre ferme

Le régiment du service militaire adapté de Koumac abrite depuis une quinzaine d’années une petite ferme à l’extrémité de ces bâtiments. Sur ces installations d’une dizaine d’hectares se côtoient poules, porcs, oies et pigeons. L’objectif de ces formations est de permettre aux stagiaires volontaires de recréer le même environnement au sein même de leur propre tribu. « Les jeunes qui viennent ici ne sont pas dépaysés », insiste Yoan Schouene, caporal chef en charge de la filière élevage et abattage, « cet apprentissage leur permet de gérer une ferme. Cela passe par l’alimentation des animaux et le suivi régulier de leur exploitation ». Au final, cette formation leur apporte une bonne dose d’autonomie.
 

De l’apprentissage à l’autonomie

A quelques pas de la ferme se trouve la partie plantation. Sur plusieurs mètres carrés, les visiteurs peuvent y découvrir des serres hydroponiques de plants de salades et de légumes. A l’extrémité de la ferme, les volontaires stagiaires apprennent aussi l’art de la sylviculture. Cette technique vise à entretenir une exploitation de type forêt d’espèces dites envahissantes. On y découvre plusieurs layons à travers la végétation de gaïacs. « L’idée est de montrer aux jeunes qu’il faut s’occuper d’une parcelle avec des plantes invasives tels que les pinus » souligne Fabienne Saliou, responsable de la filière sylviculture, « et que si les actions de nettoyages sont réalisées régulièrement l’invasion ne se propage pas », poursuit-elle. L’apprentissage des jeunes stagiaires à la culture agricole se fait également par le biais du bénévolat sur les plantations de particuliers. A cinq minutes du village, sur la RT1, l’exploitation de la famille Leroy abrite des dizaines de sillons d’ignames empaillés. « Cela fait deux jours que nous sommes là », indique Josué Tein, volontaire stagiaire, « cette technique de plantation d’ignames empaillés est tout à fait nouveau pour moi. J’aimerais bien la reproduire chez moi à Bas Coulna sur Hienghène ». 
 

Coup de pouce à la Foire de Koumac

Depuis deux semaines, les volontaires stagiaires ont été sollicités pour la préparation de la 13ème édition de la Foire de Koumac. « Nous y participons chaque année avec les jeunes », insiste Yoan Shouene, Caporal chef, « on donne un coup de main au nettoyage du site et on gère également la volière. Toutes nos volailles seront ainsi exposées lors de ce rendez-vous ». L’idée est de permettre à l’ensemble de ces jeunes stagiaires d’être en contact direct avec le public mais également avec les éleveurs et les agriculteurs afin de partager leurs expériences.