nouvelle calédonie
info locale

La doctrine nickel dans les rues de Nouméa

politique
Plusieurs centaines de personnes ont participé à la manifestation pour la doctrine nickel
©NC1ère
Près de 500 personnes ont marché dans les rues de Nouméa pour dire non aux exportations de minerai vers la Chine. Des militants du Palika, de l’UPM, du RDO et de l’UC Païci ont déposé des courriers auprès du gouvernement, du Congrès et du Haussariat.
« Non à l’exportation du minerai vers la chine », pouvait-on lire sur les banderoles des manifestants. Et ils sont venus de partout, des militants indépendantistes, syndicalistes pour apporter leur soutiens à la doctrine nickel de la province nord.
"Avant il n'y avait pas de contrôle des exportations de minerais, aujourd'hui les choses changent avec la doctrine nickel" dit un des manifestants originaire de Lifou. Et une femme de La Foa de se demander "qu'est-ce qu'on laissera à nos enfants demain?".

Les élus du congrès doivent décider des exportations vers la Chine


Puis des responsables du Comité de soutien pour la doctrine Nickel ont rencontré le président du gouvernement afin de lui remettre un courrier et d’expliquer leur démarche. D’ailleurs après les discussions, Philippe Germain est allé à la rencontre des manifestants pour leurs expliquer sa position et rappeler le cadre du schéma minier : "On considère que les demandes de 3,4 millions de tonnes d'exportations de minerai par les mineurs étaient supérieur au cadre fixé par le schéma minier qui prévoit un maintient des exportations à destination des clients traditionnels. Raison pour laquelle il appartient au congrès de définir de nouvelles règles."

Un dossier hautement politique


Plusieurs centaines de personnes se sont dirigées vers le Congrès de la Nouvelle-Calédonie, pour également y déposer un courrier. Une démarche pour montrer leur attachement et leur respect aux institutions. Mais également pour dire qu’ils n’acceptent pas que des lobbies dictent la politique minière aux élus calédoniens. 
"C'est de la dilapidation des ressources pour les générations futures. On considère que les rouleurs et les mineurs ont suffisamment de production." dit Wassissi Kognyi responsable de l'organisation pour le Comité de la doctrine nickel.

Une délégation des manifestants a été reçue par le représentant de l’Etat auquel a été remis  un courrier. Autres point de revendication du comité de soutien à la doctrine minière : le contrôle et la valorisation des titres miniers du pays au profit des Calédoniens. 


Publicité