publicité

Brèves du Pacifique

L’essentiel de l’actualité en bref dans la région Pacifique. Nauru, Indonésie, Salomon…

À Nauru, la plainte pour viol d'une réfugiée est finalement classée sans suite. © ABC - Radio Australia
© ABC - Radio Australia À Nauru, la plainte pour viol d'une réfugiée est finalement classée sans suite.
  • Caroline Lafargue - ABC Radio Australia
  • Publié le , mis à jour le
À Nauru, la plainte d'une réfugiée est finalement classée sans suite. Cette jeune Somalienne affirme avoir été violée par deux Nauruans le 21 août, dans une grotte de l'île.

Mais la police nauruane a publié les résultats de l'enquête et elle a conclu que l'examen médical de la jeune femme n'avait révélé aucune trace de violence physique et sexuelle. Elle affirme également ne pas réussir à localiser la grotte évoquée par la réfugiée. Enfin, la jeune femme n'a pas pu donner de description physique de ses deux agresseurs, car selon elle, ils s'étaient couvert la tête avec leurs t-shirts. 
 
En Indonésie, le gouvernement pourrait changer les lois minières, afin d'aider Freeport Mc Moran, la filiale de l'américain Freeport, qui exploite la mine de Grasberg en Papouasie indonésienne. Il s'agit de la plus grande mine d'or et de cuivre du monde. La licence d'exploitation de Freeport Mc Moran expirera an 2021. Actuellement, la loi indonésienne n'autorise la renégociation des licences qu'à partir de deux ans avant l'expiration du contrat. Jakarta pourrait faire voter un amendement, pour permettre aux compagnies minières de renégocier leur licence à partir de 10 ans avant l'expiration du contrat. Freeport veut en effet des garanties, car elle prévoit des investissements massifs à Grasberg. Elle s'apprête à creuser une mine souterraine, pour un coût de 18 milliards de dollars. Pour le moment, elle exploite des gisements à ciel ouvert. 
 
Le gouvernement des Salomon met en vente du bois illégal. Ce sont des grumes issues de plantations clandestines sur l'île de Rennell. La coupable serait l'entreprise Asia Pacific Investment Development. Elle est sous le coup d'une enquête de police, accusée d'avoir abattu ces arbres sans permis. La police de l'île est chargée de surveiller ces plantations. 
 
« Une perte de temps ». C'est ainsi que Christophe Emmelee décrit les conférences régionales et internationales. Le ministre vanuatais de l'Agriculture et de la Pêche a fait ce commentaire la semaine dernière au retour d'une réunion régionale sur l'exploitation forestière à Fidji. Selon lui, les bonnes résolutions et les voeux pieux, c'est bien, mais « elles ne bénéficieront pas aux Vanuatais avant longtemps », et, ajoute-t-il, « pendant que les ministres parlent, il y a des gens qui souffrent de la sécheresse, des suites du cyclone Pam, de la faim et de la soif, au Vanuatu. » 
 
Fidji a un nouveau Président de la République. Jioji Konrote, le candidat présenté par le gouvernement, a été élu aujourd'hui par le Parlement, par 31 voix contre 14. Il était jusqu'à présent le ministre de l'Emploi, un poste qu'il a bien sûr du abandonner pour accepter celui de Président. 
 
La Chine participe pour la première fois à l'opération "Crépuscule sous les tropiques". C'est un exercice de secours post-catastrophe naturelle, un rendez-vous annuel, financé par Wellington, auquel participent, outre des militaires néo-zélandais, des Britanniques et des Américains 60 ans. Cette année pour la première fois, la Chine était invitée. « Ça a été une formidable opportunité pour nous habituer à travailler ensemble », a déclaré le haut-commissaire kiwi (équivalent d'un ambassadeur) aux Îles Cook, Nick Hurley. L'exercice s'est déroulé pendant six semaines dans le nord des Îles Cook, à Penrhyn et Manihiki. Les militaires des quatre pays ont construit un nouveau dépôt de pétrole, et rénové des écoles et des hôpitaux. 
 
Jet Star relie le monde aux Îles Cook. La compagnie low cost australienne, filiale de Qantas, assurera des vols entre la Nouvelle-Zélande et Rarotonga à partir de mars prochain. Jet Star devient ainsi la troisième compagnie aérienne internationale à desservir le pays. L'office du tourisme des Îles Cook se félicite de cette décision. Il estime que l'ouverture de cette nouvelle ligne peut attirer 25 000 touristes de plus par an. Mais pour le moment, il n'y a pas assez de lits aux Îles Cook pour héberger ces visiteurs.  

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play