publicité

Brèves du Pacifique

Des nouvelles du Vanuatu, des Iles Salomon, de Papouasie Nouvelle-Guinée, de Tonga...

Remplaçant temporairement le président du Vanuatu, Pipite Marcellino avait essayé de s'accorder lui-même la grâce présidentielle. (Photo : Liam Fox / ABC) (Credit: ABC) © ABC Radio Australia
© ABC Radio Australia Remplaçant temporairement le président du Vanuatu, Pipite Marcellino avait essayé de s'accorder lui-même la grâce présidentielle. (Photo : Liam Fox / ABC) (Credit: ABC)
  • Elodie Largenton de ABC Radio Australia pour NC1ère
  • Publié le , mis à jour le

Au Vanuatu, le président du Parlement, Marcellino Pipite demandera pardon lors d'une cérémonie coutumière.

Pardon pour avoir déshonoré le président de l'archipel. En l'absence de Baldwin Lonsdale, Pipite Marcellino avait décidé d'annuler sa condamnation pour corruption ainsi que celle de 13 autres députés. Une grâce jugée illégale par le président vanuatais, qui l'a depuis révoquée. On ne sait pas quand la cérémonie coutumière aura lieu.

Agitation politique aussi aux Îles Salomon

Le vice-Premier ministre, Douglas Ete, démissionne. Selon leSolomon Star, il venait d'apprendre que le Premier ministre, Manasseh Sogavare, avait l'intention de le destituer. D'autres ministres se sont éloignés de Manasseh Sogavare et seraient prêts à voter une motion de censure contre le Premier ministre, croit savoir le journal. La semaine dernière, Manasseh Sogavare avait accusé des membres du gouvernement de dévoiler des informations confidentielles à la presse.


En Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Mouvement populaire appelle à manifester lundi prochain contre le Premier ministre

Les militants ont établi une liste de 34 raisons pour lesquelles Peter O'Neill devrait démissionner. C'est surtout la manière dont sont traités les enquêteurs anticorruption qui est critiquée. 

Les médias tongiens s'inquiètent des conséquences d'une nouvelle loi, qui permet de bloquer des contenus sur Internet. Cela risque de porter atteinte à la liberté d'expression et à la liberté de la presse, craint Pesi Fonua, à la tête du site Matangi Tonga et membre du Conseil tongien des médias. « Quand les autorités disent qu'elles vont bloquer certains sites, vous ne savez pas ce qui est en jeu, elles peuvent tout bloquer », dit-il au micro de la radio nationale néo-zélandaise. Le gouvernement tongien affirme vouloir protéger les mineurs de la pornographie, principalement.

En Australie, l'ancien joueur aborigène de footy Adam Goodes a beau avoir pris sa retraite, il continue à être la cible d'attaques racistes. Le grand magasin David Jones a annoncé hier qu'il engageait Adam Goodes pour être l'un de ses ambassadeurs. Quelques heures après, sa page Facebook était remplie de messages de haine. L'entreprise s'est dite déçue de cette réaction, tout en se félicitant à nouveau que l'ancienne star du footy, « un Australien puissant et charismatique », rejoigne son équipe d'ambassadeurs.
 
Toujours en Australie, une table en marbre a été la star des réseaux sociaux pendant 24 heures. Cette table fait partie du mobilier du Parlement. Elle a été cassée le soir du putsch victorieux de Malcolm Turnbull, il y a un mois. Après sa défaite, le soir du vote, Tony Abbott est resté au Parlement, où il a en quelque sorte donné une fête d'adieu. Les deux jours suivants, l'accès à la salle a été bloqué, mais le personnel du Parlement a fini par découvrir la table cassée. L'affaire a été révélée hier, et après une journée de supputations, le fin mot de l'histoire est venu de Tobby Abbott : oui, la table en marbre a bien été cassée par l'un de ses invités. L'ancien Premier ministre a promis de payer les dommages causés.

 

 

 

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play