nouvelle calédonie
info locale

Papouasie: la mine de Grasberg, fabuleuse machine à cash

océan pacifique
Lukas Enembe
Lukas Enembe, le gouverneur de la province indonésienne de Papouasie, réclame la part des Papous dans les profits de la mine de Grasberg. ©ABC
Freeport Mc Moran négocie avec le gouvernement indonésien le renouvellement de sa licence d'exploitation. Selon Lukas Enembe, le gouverneur provincial, la mine de Grasberg rapporte gros à Freeport et à l'état, mais rien aux Papous.
Freeport Mc Moran négocie actuellement avec le gouvernement indonésien le renouvellement de sa licence d'exploitation de cette gigantesque mine d'or et de cuivre après 2021. Selon Lukas Enembe, le gouverneur provincial, la mine de Grasberg rapporte gros à Freeport et à l'état indonésien, mais rien aux Papous.
 
Il a été trop gourmand. Le Speaker du Parlement indonésien a du démissionner mercredi soir. Setya Novanto a proposé ses services à la compagnie minière américaine Freeport Mc Moran pour négocier le renouvellement de sa licence d'exploitation de la mine de Grasberg, en Papouasie, après 2021. 
 
L'ex-Speaker du Parlement a offert à Freeport Mc Moran d'user de son influence auprès d'un ministre et du Président, Joko Widodo, dont il est un proche. Objectif: obtenir un contrat avantageux pour l'exploitant minier. En échange, Setya Novanto demandait des dessous de table pharaoniques à Freeport Mc Moran, 20% des revenus de la mine, soit 4 milliards de dollars. La conversation a été enregistrée. Mais malgré les preuves accablantes, Setya Novanto assure qu'il ne faisait que plaisanter. 
 
Le scandale prouve à quel point cette mine de Grasberg est vitale pour le pouvoir indonésien. Il s'agit de la plus grande mine d'or du monde, et la troisième plus grande de cuivre. Située en plein coeur de la Papouasie, cette mine est une véritable machine à cash pour le gouvernement indonésie. D'ailleurs, PT Freeport Indonesia (la filiale de Freeport Mc Moran en Indonésie) est tout simplement le plus gros contribuable du pays. 
 
Mais les propriétaires traditionnels mélanésiens de la mine se sentent exclus de cette prospérité. Une situation dénoncée par Lukas Enembe, le gouverneur de la province de Papouasie, au micro de Johnny Blade, sur la radio néo-zélandaise internationale : 
 
« Nous voulons devenir actionnaires de cette mine, et deuxièmement, Freeport doit céder une partie du terrain de la mine au gouvernement provincial, tout cela pour que nous  puissions avoir notre mot à dire sur l'exploitation. Et troisièmement, Freeport doit s'engager à financer le développement de la Papouasie. Si Freeport n'apporte rien à la Papouasie, elle n'a rien à faire ici. Depuis qu'ils exploitent la mine, ils n'ont jamais rien versé aux Papous, pas de royalties, pas de de projets de développement, et ils ont juste détruit la montagne. » 
 
Pour les experts d'Indonesia Resources Studies, un laboratoire d'idées spécialisé dans l'énergie et les matières premières, la mine de Grasberg ne bénéficie pas suffisamment, non pas aux Papous, mais à tous les Indonésiens.
 
Ils ont adressé une pétition au gouvernement, lui demandant de rejeter la demande de renouvellement de licence de Freeport et de transférer la mine de Grasberg à un consortium d'entreprises publiques indonésiennes. Indonesia Resources Studies recommande aussi au gouvernement de faire payer des compensations à Freeport Mc Moran pour les dégâts causés par la mine sur l'environnement. 
Publicité