nouvelle calédonie
info locale

Trop gros pour vivre en Nouvelle-Zélande

océan pacifique
Albert Buitenhuis et sa femme Marthie
Albert Buitenhuis et sa femme Marthie ©ABC
Etre en surpoids peut être une raison de non-renouvellement de visa de travail et d'expulsion. D'après la presse néo-zélandaise, qui traitait de l'affaire la semaine passée, c'est l'expérience qu'a faite un Sud-Africain en Nouvelle-Zélande.
Installé depuis 2007 à Christchurch, sur l'île du sud de la Nouvelle-Zélande, Albert Buitenhuis, un cuisinier sud-africain, avait fait une demande de résidence permanente, qui lui avait été refusée en 2011. Il avait toutefois toujours réussi à faire renouveler son visa de travail. 
 
Mais en 2013, les autorités néo-zélandaises lui avaient également refusé le renouvellement de son visa de travail, avant de le menacer d'expulsion, avec sa femme. 
 
La raison invoquée d'après la presse néo-zélandaise, qui a traité l'affaire la semaine dernière : le coût potentiel que faisait courir son obésité sur le système de santé du pays. Albert Buitenhuis pèse 130 kilos. "Il est important que tous les migrants aient un niveau physique acceptable afin de minimiser les coûts pour les services de santé de Nouvelle-Zélande", aurait déclaré à l'époque un porte-parole de l'immigration en Nouvelle-Zélande. 
 
Les autorités avaient toutefois autorisé Albert Buitenhuis à demeurer en Nouvelle-Zélande deux ans de plus, avec sa femme, c'est à dire jusqu'en 2015, à condition qu'il s'engage à payer lui-même tous les frais médicaux engendrés par son obésité. Le couple avait accepté et le visa avait été renouvelé. 

Au mois de septembre dernier, le renouvellement de visa de travail a été à nouveau refusé. Au motif, cette fois, que l'employeur d'Albert Buitenhuis n’avait pas suffisamment cherché si un Néo-Zélandais pouvait effectuer son travail.
 
Après neuf ans passés au pays des kiwis, Albert Buitenhuis a finalement renoncé à son projet d'immigration en Nouvelle-Zélande et a accepté de retourner dans son pays d'origine. 
 
Publicité