Un gendarme caillassé tous les trois jours en Nouvelle-Calédonie

violence
gendarmes
©NC 1ERE
Un gendarme caillassé tous les trois jours en Nouvelle-Calédonie, c’est le constat du Procureur de la République, Alexis Bouroz. Il éclaire de façon inquiétante l'évolution de la délinquance. Une nouvelle fois, des voix s'élèvent pour dire qu'il est urgent d'agir.
Rien n'arrête le flot des violences en Nouvelle-Calédonie. La situation devient en effet préoccupante car on assiste ces dernières années à une augmentation des faits de violence à l’égard des forces de l’ordre. L’an dernier, 35 gendarmes ont été blessés, contre 17 en 2014. Les forces de l’ordre ont également été victimes de 8 tirs par armes à feu et  de 112 caillassages en 2015. Les chiffres sont alarmants. Les gendarmes sont de plus en plus pris pour cibles dans quatre communes de la grande-terre: Thio, Houaïlou, Canala et Saint-Louis.

Les autorités judiciaires lancent un appel au civisme de la population. Pour le procureur de la République, Alexis Bouroz, un travail pédagogique doit être envisagé, la politique de prévention doit être renforcée et une véritable action de terrain doit être menée.

Malgré les difficultés, la gendarmerie va poursuivre ses missions tout en veillant à sa propre sécurité. Les policiers constituent également une cible pour les délinquants.

Le reportage de Charlotte Risch, de Sheïma Riahi et de Robert Tamanogi

Un gendarme caillassé tous les trois jours en Nouvelle-Calédonie, c’est le constat du Procureur de la République, Alexis Bouroz. Il éclaire de façon inquiétante l'évolution de la délinquance. Une nouvelle fois, des voix s'élèvent pour dire qu'il est urgent d'agir.