publicité

6 et 7 ans de prison pour deux des agresseurs d’Aurélie Marcias

Le tribunal correctionnel jugeait ce mercredi 2 des 4 agresseurs présumés d’Aurélie Marcias, cette jeune motarde morte en mars 2017, alors qu’elle traversait la tribu de Saint-Louis sur son engin. Un procès qui s’est tenu à huis-clos. 

© Nicolas Fasquel
© Nicolas Fasquel
  • Caroline Moureaux avec Brigitte Whaap
  • Publié le , mis à jour le
Le tribunal correctionnel a rendu sa décision vers 18 h ce mercredi. Au terme d’une longue journée de débats, il a condamné deux mineurs à 6 et 7 ans de prison. Ils ont été reconnus coupables de tentative de vol avec violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner et non-assistance à personne en danger. 
Le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public.  Ces jeunes ont bien provoqué la mort d’Aurélie Marcias en tentant de lui dérober sa moto.
Un 3ème mineur devait être jugé aujourd’hui, mais finalement, son cas a été renvoyé à l’audience du 8 août. Parmi les 4 jeunes incriminés, il est le seul poursuivi uniquement pour non-assistance à personne en danger. 
Un 4ème jeune, âgé de plus de 16 ans au moment des faits, sera jugé en septembre prochain par la Cour d’Assises des mineurs.
Famille, amis et simples citoyens avaient tenu à être présents pour l'ouverture du procès ce matin. © Nicolas Fasquel
© Nicolas Fasquel Famille, amis et simples citoyens avaient tenu à être présents pour l'ouverture du procès ce matin.
 

Rappel des faits 

Aurélie Marcias a perdu la vie le 8 mars 2017 sur la RP1, dans la ligne droite de la tribu de Saint-Louis, des suites d’une chute. Elle a heurté violemment une souche, provoquant un enfoncement de la cage thoracique. Cette chute a, selon l’enquête été délibérément provoquée par les jeunes qui voulaient lui voler sa moto.
Les quatre mineurs de 14 à 17 ans ont été interpellés fin juin 2017 et mis en examen pour trois d’entre eux des chefs d’accusation de tentative de vol avec violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner et non-assistance à personne en danger. Le quatrième jeune est poursuivi pour non-assistance à personne en danger.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play