A Fidji, les autorités ordonnent la saisie de l'Amadea, un superyacht lié à un oligarque russe

océan pacifique
Le yacht Amadea à Antibes, le 10 novembre 2019.
Le yacht Amadea à Antibes, le 10 novembre 2019. ©Sukkoria – Creative commons
Un tribunal fidjien a ordonné, mardi 3 mai, la saisie du superyacht Amadea, qui appartiendrait à un oligarque russe visé par les sanctions occidentales liées à la guerre en Ukraine. La valeur du navire est estimée à 325 millions de dollars américains.

Le tribunal de Suva, capitale des îles Fidji, "a accordé l'ordre de saisir le superyacht Amadea" après qu'un mandat américain de saisie a été déposé, le mois dernier, a déclaré, mardi 3 mai, le directeur des poursuites publiques de Fidji.

Le yacht Amadea, qui est amarré à Lautoka, dans l'ouest des Fidji, depuis le 12 avril, est lié, selon certains rapports, à l'oligarque russe Suleiman Kerimov, visé par des sanctions des États-Unis et de l'Union européenne à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Un bâtiment accosté sans autorisation des douanes

Parti du Mexique ou d'Amérique du Sud, le yacht de luxe a accosté à Fidji sans avoir obtenu l'autorisation des douanes. Le tribunal avait déjà décidé le 19 avril que les autorités fidjiennes pouvaient empêcher le navire de quitter les eaux territoriales du pays en attendant une décision sur le mandat américain.

Auparavant, la police fidjienne avait indiqué qu'elle enquêtait sur le yacht, qui mesure 107 mètres, vaut 325 millions de dollars et dispose d'une piscine, d'un jacuzzi, d'un héliport et d'un "jardin d'hiver" sur le pont, selon le site spécialisé superyachtfan.com. La police cherchait alors à savoir s'il y a eu des violations des règles de douane ou d'immigration, ou encore si l'Amadea est mêlé à d'éventuelles affaires de drogue, d'armes ou de blanchiment d'argent.

Plusieurs sites spécialisés indiquent que Suleiman Kerimov en est le propriétaire, mais cela n'a pas pu être confirmé par l'AFP de manière indépendante.