nouvelle calédonie
info locale

Action coup de poing envers des supermarchés du Grand Nouméa

société
Action coup de poing dans des supermarchés, 14 septembre 2019
Image à Kenu-In, tirée d'une des vidéos diffusées sur FacebooK ©Capture d'écran
Plusieurs dizaines de personnes brandissant la bannière de deux collectifs ont tenté samedi matin de mener une opération «chariot gratuit», pour exprimer leur colère contre la vie chère en Nouvelle-Calédonie. Notamment à la grande surface de Kenu-In, à Dumbéa.
Les images, en partie postées en direct, se sont répandues sur les réseaux sociaux : ce samedi matin, une action dirigée contre la vie chère a été menée au nom du «collectif des riverains du Pacifique» et du «collectif de la désobéissance civique». Sous cette bannière, une soixantaine de personnes se sont données rendez-vous pour investir des grandes surfaces de l’agglomération nouméenne et remplir symboliquement leur chariot. Par exemple l’hypermarché de Kenu In, à Dumbéa. 
 

En ciblant les produits de première nécessité

Dans une des vidéos postées en Facebook live, l’un des meneurs de la manifestation donne les dernières consignes sur le parking. «On va rentrer en groupe là-dedans», explique-il en précisant les denrées à cibler : «Tout ce qui est produit de première nécessité. Pas de bière, pas d’alcool. Le sucre, le café, l’huile…»
 

Empoignade de quelques minutes

Puis le groupe se dirige vers l’entrée, prend des chariots, remonte la galerie commerciale et tente d’entrer de force à l’intérieur de l’hypermarché. Agents de sécurité et gendarmes sont déployés, le rideau est baissé dans une empoignade qui dure quelques minutes sous les yeux médusés d’une partie des clients.
 

«Surréaliste»

Une action qui a fait très forte impression sur les commerçants de la galerie. «Ils étaient extrêmement remontés, [ils] prétendaient venir faire leurs courses et ne pas payer, faire des chariots gratuits», relate l’un d’eux en évoquant une scène «complètement improbable et surréaliste». Il décrit : «Lorsque les gardiens les ont repérés à l’entrée de la galerie, ils ont prévenu les gardiens du magasin qui ont, sur ordre du directeur, baissé les rideaux de fer. Et pour éviter que les rideaux ne se ferment [les manifestants] ont présenté plusieurs chariots…» 
 

«On a baissé les grilles»

«On a baissé les grilles, on a rentré toutes les tables, toutes les chaises pour éviter la casse», réagit encore une professionnelle. «Ils ont pris quelques choses en rayon, ajoute un autre, je n’ai pas trop vu. Du riz, il me semble, ce qui était à leur portée. Mais il n’y en avait que quelques-uns qui étaient virulents, le reste suivait.» Après avoir été repoussé, le groupe a de lui-même quitté les lieux. D’autres tentatives ont eu lieu à l’hypermarché de Dumbéa-sur-mer ou à l’enseigne de Kaméré, à Nouméa, qui ont vite avorté. Il n’y a pas eu d’arrestation.
Publicité