L'actu en bref de ce mercredi 25 octobre 2017

actu en bref
Actu en bref
L'essentiel de l'actualité avec la crise persistante au Gouvernement, le ton qui monte à la Cafat ou encore les suites de l'affaire Karuia. 

La crise au Gouvernement s’enlise.

Hier, la nouvelle tentative pour élire un Président de l’exécutif s’est encore soldée par un échec. Philippe Germain, seul candidat, n’a récolté que les 5 voix  de la plateforme. Le membre des Républicains Calédoniens, Christopher Gygès, parle d’un refus du dialogue et d’un mépris pour les autres formations du Gouvernement. De leur côté, les indépendantistes estiment que c’est une affaire qui doit se régler entre loyalistes.
Pas de président, donc pas de reprise des dossiers. Le Gouvernement va continuer d’expédier les affaires courantes. De quoi promettre des discussion houleuses au Comité des signataires de la semaine prochaine à Paris.

L’association Anticor décerne ses premières casseroles.  

En Calédonie, un groupe local de l’association a été créé l’an dernier. Il avait demandé, en juin dernier, aux candidats aux législatives de s’engager dans une charte éthique. Le groupe local d’Anticor vient donc de décerner ses premières casseroles à des politiques, institutions et entreprises privées jugées corrompues ou manquant d’éthique. Une opération qui sera renouvelée l’an prochain.

Tensions à la Cafat.

Hier, Force Ouvrière a en effet décidé de bloquer les accès à la caisse. Une décision que n’approuvaient pas les autres grévistes, en majorité non syndiqués. La direction a, en conséquence, refusé de négocier avec FO tant que le syndicat n’avait pas libéré les locaux. Une réunion s’est tout de même tenue entre la Cafat et les autres grévistes. Et de nouvelles propositions devaient être formulées ce matin.


Affaire Karuia. 

Une ultime de proposition de règlement amiable a été adressée par le SMTU aux membres du GIE Karuia. Une proposition de médiation sous la houlette du tribunal administratif de sorte que SMTU et GIE disposeraient de toutes les garanties d’impartialité et de neutralité requises. En revanche, continue le SMTU dans son communiqué, s’il essuyait un nouveau refus du GIE, le SMTU  saisirait alors immédiatement la Justice. SMTU qui en appelle à la responsabilité de chacun pour que les Calédoniens ne soient pas pris en otages par des blocages intempestifs.

Justice.  

Une quinzaine de gendarmes hier matin au tribunal correctionnel. Ils étaient venus soutenir leur collègue de 23 ans, percuté volontairement par un véhicule, il y a un mois. Le conducteur, âgé lui aussi de 23 ans, a écopé de 3 ans de prison, dont 18 mois avec sursis mise à l’épreuve. Le choc aura valu 8 jours d’ITT à sa victime, pour un traumatisme crânien, une entorse cervicale et une entorse de la cheville. La procureure a rappelé lors de l’audience, l’augmentation exponentielle des agressions des forces de l’ordre, dont la Calédonie détient le triste record national.

Le plan Orsec feu de forêt de Niveau 2 levé à Païta.

Une accalmie permise par l’amélioration des conditions météo. Ces six derniers jours, l’incendie sur Bangou et Tontouta aura brulé pas moins de 1 831 hectares dont 1 727 pour le seul incendie de Bangou. D’après les premières estimations, cette intervention a coûté au total pas loin de 30 millions de CFP. L’enquête est toujours en cours pour éclaircir les origines du feu.