L'actu du Pacifique en bref du jeudi 22 décembre 2016

océan pacifique
inondations à fidji
Le niveau de la rivière Rewa, près de Suva, commence enfin à baisser. ©Ron Vave
Aux Fidji, après les inondations, le niveau des eaux a  baissé à Nausori, c'est l'heure du nettoyage qui commence; en Australie occidentale, l'homme accusé d'avoir tué un jeune Aborigène à Kalgoorlie plaide non coupable...
Aux Fidji, le niveau des eaux a baissé à Nausori, la ville d'environ 50 000 habitants située au bord du fleuve Rewa, dans le sud-est de Viti Levu, non loin de la capitale, Suva. Tout le delta a été inondé, et les habitants entament maintenant l'étape du nettoyage. D'après les chiffres du bureau de gestion des catastrophes naturelles, cité par la Fiji Broadcasting Corporation, environ 2300 Fidjiens auraient trouvé refuge dans près de 120 centres d'hébergement d'urgence, à travers tout le pays. Pour le moment, les autorités estiment la facture de ces inondations à 10,7 millions de dollars, dont 8,4 millions de dégâts pour les routes, et 1,8 million pour le réseau de distribution d'eau. L'agriculture est le secteur le plus durement touché. 
 
En Australie occidentale, l'homme accusé d'avoir tué un jeune Aborigène à Kalgoorlie plaide non coupable. La victime, âgée de 14 ans, roulait sur une motocross qu'elle avait volée, dans le désert aux abords de la ville minière, quand elle a été percutée par le chauffeur d'un pick-up. Il pourrait s'agir justement du propriétaire de la motocross, mais l'enquête est toujours en cours. Le nom de la victime a été cité dans la presse, mais ne l'est plus, car nommer un mort est tabou dans la culture aborigène de Kalgoorlie.

Quant au nom du chauffard présumé, il n'est pas communiqué par la justice, car l'affaire est extrêmement sensible. Environ 300 habitants de Kalgoorlie ont participé à une émeute fin août, détruisant les fenêtres du palais de justice et endommageant 5 voitures de police et un magasin. En effet, des gens, dans la communauté, estiment que le chauffard s'est vengé du vol de sa motocross en fonçant sur le jeune Aborigène. Et ils étaient furieux que le meurtrier présumé n'ait pas comparu devant la cour de justice de Kalgoorlie, car il a été transféré dans une prison hors de la ville, dont le nom aussi est tenu secret.

L'homme, âgé de 55 ans, avait comparu par visio-conférence. Mercredi matin, le meurtrier présumé a comparu, de nouveau par visio-conférence, devant un autre tribunal, la cour suprême d'Australie occidentale, à Perth. Il a plaidé non coupable à l'accusation d'homicide involontaire. Mercredi matin, l'avocat du chauffard, Seamus Rafferty, a offert aux juges de plaider coupable à une accusation moins grave, celle de conduite dangereuse ayant causé la mort. Mais le procureur a rejeté cette offre. Le meurtrier présumé restera en détention jusqu'à sa prochaine comparution devant les juges, en février. 
 
En Papouasie occidentale, deux militants indépendantistes sont mis en examen pour trahison. Ils ont été arrêtés par la police indonésienne pour avoir organisé une manifestation à Jayapura lundi. Ils sont tous deux membres du KNPB, la principale organisation indépendantiste mélanésienne. Ils étaient descendus dans les rues pour commémorer le 19 décembre 1961, date de l'annexion des provinces papoues par les forces indonésiennes. Selon le Jakarta Post, au total, plus de 500 personnes ont été arrêtées, mais la plupart ont été relâchées le jour même. La police a indiqué que les deux hommes avaient été arrêtés pour avoir incité à l'insurrection ou à la trahison contre l'Etat. En Indonésie, une accusation de trahison peut entraîner une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 15 ans. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live