publicité

Affaire des emplois fictifs de la présidence Tong Sang : emplois cabinet contre majorité ?

Gaston Tong Sang, Clarentz Vernaudon et Fernand Roomataroa devant la justice pour une affaire d’emplois considérés comme fictifs. Mais l'audience a été renvoyée ce matin au 17 mai prochain par le tribunal correctionnel en l'absence du juge Denise Lacroix chargée du dossier.

Affaire des emplois fictifs de la présidence Tong Song - Emplois cabinet contre majorité ? © Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère Affaire des emplois fictifs de la présidence Tong Song - Emplois cabinet contre majorité ?
  • Natacha Szylagyi, Polynésie 1ère (avec N.C.)
  • Publié le , mis à jour le
Le 30 avril 2008, l'ex président Gaston Tong Sang procédait à un remaniement ministériel. Le parquet le soupçonne d'avoir embauché une vingtaine de personnes en emploi cabinet dans le seul but de maintenir sa fragile majorité. "Faux", affirme l'ex président du pays et de rajouter que tous les employés avaient "une mission bien spécifique".

Quel a été le motif du recrutement et pour quel travail ? C'est sur cette base que le parquet poursuit l'ex président de la Polynésie Française Gaston Tong Sang.

A l'époque, en avril 2008, sa majorité n'était que de 29 voix. Selon le procureur de la République, il a embauché une vingtaine de personnes au ministère de l'agriculture et de la jeunesse et des sports pour les "remercier" de leur soutien au parti Aia Api et To Tatou Ai'a de l'époque. Des personnes sans qualification, qui touchaient de 200 000 à 780 000 francs pacifique par mois.

Il faut se rappeler que lors de ce fameux remaniement ministériel du 30 avril 2008, Hamoetini Lagarde avait été remercié au profit de Fernand Roomataaroa au ministère de l'agriculture, alors qu'il avait annoncé son intention de rejoindre l'opposittion, ce qui aurait fait perdre la majorité à Gaston Tong Sang. L'ex président du pays qui avait du "recaser" les emplois cabinet de Madame Lagarde aussi au ministère des sports de Clarenz Vernaudon. Les ex employés des deux ministères  reconnaissent leur manque de diplôme et l'absence de poste de travail attitré. Les deux ex ministre et l'ex président du pays sont poursuivis pour détournement de fonds publics.

L'audience a été renvoyée ce matin au 17 mai prochain par le tribunal correctionnel en l'absence du juge Denise Lacroix chargée du dossier.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play