publicité

L’affaire Deteix devant les Assises

Le meurtre de Jean-Pierre Deteix, figure bien connue de l’Union Calédonienne passe en justice. Il avait été retrouvé sans vie, roué de coups près de la plage de nudistes à Nouville. Ce jeudi, son meurtrier présumé sera jugé devant la Cour d’Assises de Nouméa. 

© NC 1ère
© NC 1ère
  • Jeannette Peteisi (CM)
  • Publié le
C’est une des affaires qui avait marqué toute la Nouvelle-Calédonie l’an dernier.
Le samedi 4 juin 2016 le corps de l’ancien membre de l’UC et chef de cabinet du vice président du gouvernement est retrouvé dissimulé sous des feuilles et des branchages à Nouville.
Il aura fallu 24 h aux enquêteurs pour identifier le corps méconnaissable et sans vie de Jean-Pierre Deteix. La violence des coups portés à son encontre étaient d’une rare intensité.
Deux jours plus tard, la Police interpelle l’auteur présumé des faits. Un jeune homme originaire de l’île des Pins âgé de 21 ans. Il aurait été accosté par la victime qui aurait, selon ses dires, procédé à des attouchements sur sa personne. C’est à partir de là qu’il se serait déchaîné sur Jean-Pierre Deteix.
Durant deux jours, il sera jugé aux assises pour meurtre. Il encourt 30 ans de réclusion criminelle.

Sur le même thème

  • justice

    Prison ferme pour des violences envers des gendarmes

    Deux  affaires jugées au tribunal correctionnel ce mercredi. Deux jeunes ont été condamnés pour des agressions contre des gendarmes en 2017 et 2015. Tous les deux mineurs au moment des faits ont été condamnés respectivement à 3 ans et demi de prison pour le premier, et 18 mois ferme pour le second. 

  • justice

    Des gendarmes attaqués en tentant de sauver une vie

    Une sombre histoire ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Nouméa. Quatre jeunes de la Conception devaient être jugés pour avoir agressé des gendarmes qui tentaient de réanimer un homme victime d’une attaque cardiaque. L’affaire a été renvoyée à septembre. 

  • justice

    Expulsion d'Unia: le Conseil d'Etat déboute les Wede

    L'Etat n'a pas à verser d'indemnités aux membres du clan Wede, vient de trancher la plus haute juridiction administrative de France, huit ans après leur expulsion de la tribu d’Unia. 
     

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play