nouvelle calédonie
info locale

Des affaires de cambriolage plein le tribunal

sécurité
Salle du tribunal correctionnel
©NC la 1ere
Audience en «plaider coupable» lundi matin, au tribunal correctionnel de Nouméa. Sur 25 affaires, treize concernaient des cambriolages, d’habitation ou de commerce. Un type de délit qui aurait augmenté en Nouvelle-Calédonie de 30% ces six dernières années. 
Ce type d’audiences s'intitule CRPC, «comparutions sur reconnaissance préalable de culpabilité», plus souvent appelées «plaider coupable». Avec cette fois treize affaires sur 25 qui ont trait à des vols, dans des maisons ou des locaux commerciaux. Après avoir reconnu les faits, les prévenus peuvent être condamnés à une peine de prison, ou encore à des travaux d’intérêt général.
 
cambriolage galerie commerciale ALMA
 

Une victime témoigne

Une mère de deux enfants a été victime d’un de ces vols. En 2017, un groupe de jeunes a cambriolé son domicile à Dumbéa, après avoir brisé une fenêtre pour entrer. «On est un peu violé dans son intimité», confie-t-elle sous couvert d’anonymat. «On est comme mis à nu devant tout un tas de personnes. Des gens sont entrés chez nous. Ils ont touché nos affaires, nos effets personnels. On vit dans la peur, on n’est plus sûr de rien…»
 

On est un peu violé dans son intimité. On est comme mis à nu devant tout un tas de personnes.
- Une victime de cambriolage

 

L'impact psychologique

«Même [si] on va faire des courses, on se dit : "Punaise, est-ce que le temps qu’on va faire des courses, quelqu’un va venir encore chez nous pour nous dérober quelque chose?" C’est plus niveau psychologique», témoigne-t-elle.
 
Entrée de la salle du tribunal correctionnel, avant une audience
©NC la 1ere
 

50% des auteurs ont moins de dix-huit ans

En Nouvelle-Calédonie, les cambriolages sont commis principalement sur la côte Ouest et dans le Grand Nouméa. La moitié des personnes mises en cause sont mineures au moment des faits. «Il s’agit de bandes qui écument beaucoup les locaux d’habitation, mais aussi de commerces», décrit le procureur de la République, Alexis Bouroz. «Difficiles à appréhender parce que ce sont des équipes dites à tiroir. C’est-à-dire qu’elles peuvent être composées de majeurs, de mineurs, et ce ne sont pas nécessairement toujours les mêmes dans chaque expédition.» 
 

Ce sont des équipes dites à tiroir. C’est-à-dire qu’elles peuvent être composées de majeurs, de mineurs, et ce ne sont pas nécessairement toujours les mêmes dans chaque expédition.
- Alexis Bouroz, procureur de la République

 

Ralentissement des vols depuis un an et demi

Selon le procureur de la République, les vols dans les habitations et les commerces ont augmenté de 30% sur les six dernières années, avec un ralentissement depuis dix-huit mois. La baisse de ces délits est notamment liée à un renforcement des forces de l’ordre sur le terrain. L’Etat met en avant les opérations anti-cambriolages dans les commerces, ou l’action d'unités comme le groupe de sécurité de proximité basé depuis un an à la cité Pierre-Lenquette de Montravel.
 
police de sécurité du quotidien, groupe de sécurité de proximité à la cité Pierre-Lenquette, 19 septembre 2018
Les policiers du GSP sont basés au commissariat de Pierre-Lenquette. ©NC la 1ère / Jeannette Peteisi
 

L'appel à changer ses habitudes

Avec un message désormais récurrent : la population calédonienne doit changer ses habitudes. «Il y a aussi des efforts qui sont à faire à faire, des gestes simples : énumère Alexis Bouroz : fermer sa voiture, fermer sa maison, fermer ses volets. Pour les commerces, c’est la même choses : les commerces doivent se doter impérativement de caméras de vidéoprotection, doivent avoir des systèmes de fermeture vraiment efficaces et il y a des agents de police et de gendarmerie qui sont spécialisés pour le conseil aux entreprises.» 
 
sécurisation d'un commerce
Sécurisation d'un commerce. ©NC la 1ere
 

Prévention, et détection

La prévention est une étape obligée pour lutter efficacement contre les cambriolages. Les délinquants sont aussi concernés, la plupart d’entre eux vivent dans un milieu défavorisé, et ils sont très souvent descolarisés. D’où l’importance de l’action des services sociaux en amont.

Le reportage de Natacha Cognard et Claude Lindor, avec Carawiane Carawiane :
©nouvellecaledonie
Publicité