nouvelle calédonie
info locale

L'AFMI une nouvelle fois en sursis

musique
AFMI
©AFMI
D'ici fin janvier, l'Association de formation de musiciens intervenants pourrait licencier une partie de son personnel. En cause : l'absence d'informations concrètes du gouvernement et des provinces via le Conservatoire de Musique, sur le financement de cet outil d'intérêt public. 
Les années se suivent et avec elles la même problématique. Pour engager des actions l'an prochain, l'Association de formation de musiciens intervenants est dans l’attente du prochain budget qui lui sera accordé par le Conservatoire de musique de Nouvelle-Calédonie. 
 

Des efforts non reconnus pour l’AFMI

Consciente des difficultés que la Calédonie connait dans cette période de crise économique, l'AFMI a engagé des efforts de gestion. Efforts qui selon elle, ne sont pas pris en compte.« Encore une fois on essaye de taper sur nous, comme d’hab. Sauf que nous, on a fait l’effort de guerre depuis quatre, cinq ans, pour essayer de réduire le coût. Aujourd’hui, on ne peut plus descendre » confie Alain Guarese, le directeur de l’AFMI. « La seule chose que les collectivités peuvent faire, c’est nous enlever des actions. Mais au bout d’un moment, si on n’a plus un certain nombre d’actions à faire, on ne peut plus exister non plus ».   
AFMI
©AFMI
 

Une règlementation des marchés défavorable

A ce jour, la survie de l'AFMI est de deux mois maximum. D'ici, la fin du mois de janvier, la structure ne possédera plus aucune trésorerie pour financer ses actions, mais surtout le salaire de la cinquantaine d’employés répartie sur les dix antennes en gestion sur l'ensemble du Territoire. 
Aujourd'hui, elle doit faire face à une autre difficulté : la modification dès l'an prochain de la réglementation des marchés publics.
« Jusqu’à maintenant, on était effectivement dans un marché de gré à gré qui nous permettait d’avoir des documents en amont pour aller voir les banques et négocier les découverts en attendant que les choses se fassent » explique Alain Guarese. « Sauf qu’il y a une règlementation qui va entrer en vigueur au 1er janvier 2020 qui oblige l’allotissement, c’est à dire la séparation des marchés qui dépassent cinquante millions CFP. Donc, ça veut dire que n’importe qui peut répondre ». 
AFMI NC : réseaux d'enseignement
©afmi.nc
 

Une mobilisation pour faire entendre leur voix

Au sein des structures éparpillées sur l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie, des discussions ont été engagées avec le personnel sur l'avenir de l'outil d’intérêt public. La question de la mise en chômage a même été abordée. Pour autant, l'AFMI sait qu’elle est impuissante face aux choix des politiques. Les salariés vont malgré tout se mobiliser ce jeudi devant le Conservatoire de musique, pour se faire entendre.
Publicité