nouvelle calédonie
info locale

Alain Descombels mènera la liste Rassemblement National en Province Sud

élections
Rassemblement national. Bianca Hénin. Alain Descombels
©Cédrick Wakahugnème
L’ex-Front National s’investit dans les élections provinciales du 12 mai prochain. Le Rassemblement National de Calédonie a annoncé ce jeudi sa participation. Alain Descombels tire la liste du mouvement en Province Sud. L’économie, le social et la sécurité sont les priorités du RN. 
C’est un retour sur la scène politique pour le Rassemblement National depuis sa débâcle électorale aux Provinciales de 2009. Aujourd’hui, c’est aux côtés d’Alain Descombels, l’ancien élu politique et chef d’entreprise, que le mouvement de Marine Le Pen poursuit son chemin. « C’est le seul parti aujourd’hui, qui ne démord pas d’une volonté de rester dans l’Etat français », assure la tête de liste du Rassemblement National en Province sud, « on ne veut pas d’état associé, ni de partenariat, on veut rester français, et pour nous, c’est prioritaire. »
 

« Je partage ses convictions »

La tête de liste affiche désormais sa proximité avec l’ex-Front National : « lorsque j’étais élu à la Province Sud en 2004, j’ai beaucoup travaillé avec le Front national et aujourd’hui, je partage ses convictions. Je partage avec Marine le Pen les mêmes réflexions sur l’avenir de la Calédonie au sein de la France et les réflexions sur l’économie du territoire ». 
Pour la liste du Rassemblement National, l’heure est aujourd’hui au changement de la classe politique. « Il est temps de prendre une autre orientation », s’exclame Alain Descombels, « nous assistons aujourd’hui à un pouvoir confiscatoire ». L’ancien élu va même plus loin. Il fustige les élus de la famille loyaliste. « Tout nous sépare », assume-t-il, « la vision, la perception. Lorsque l’on regarde la liste de l’Avenir en Confiance. Qu’ont fait ces gens depuis ces années ? », s’interroge l’ex-membre de Calédonie Ensemble. « Je ne vois pas beaucoup dans la société civile qui soient dans l’activité de chef d’entreprise ou autre. Je pars du principe que lorsque vous faites une liste de gens qui n’ont fait qu’être élus, çà fausse les choses. Je crois qu’il est temps que les Calédoniens de la société civile prennent le train en marche ».
 

Ouverture dans le Sud, démarche d’union dans le Nord

En Province Sud, le Rassemblement National opte pour une liste d’ouverture et mise sur les résultats des dernières présidentielles en Nouvelle-Calédonie de Marine Le Pen pour faire le plein de sièges au Congrès. « Nous devons reconquérir l’hémicycle du Congrès » insiste Bianca Hénin, la Secrétaire Fédérale du Rassemblement National, « et disputer les sièges. Nous espérons obtenir trois à six élus pour afficher notre représentation et être une force de débat », poursuit-elle. 
Dans le Nord, le Rassemblement National partage la démarche d’union de la famille loyaliste. « Nous nous réjouissons de cette ouverture », assure la seconde de liste en Province sud, « nous avons des candidats mais nous allons d’abord discuter avant de prendre une décision ». 
Aux îles Loyauté, le Mouvement n’est pas favorable à l’éclatement des listes loyalistes tant les possibilités d’accession à l’Assemblée sont réduites.
 

Economie, social et sécurité

Le Rassemblement National présentera dans une quinzaine de jours les grandes lignes de son programme pour ces Provinciales. Il met déjà l’accent sur l’économie, le social et la sécurité des Calédoniens. Sur la question de la sécurité, la liste RN du Sud, insiste sur le manque de moyen évident de l’Etat en Nouvelle-Calédonie pour agir. En attendant que son programme soit bouclé, l’ex-Front National promet une campagne accrue dans les quartiers. Le mouvement confirme également la venue de Marine Le Pen et de Louis Aliot pour participer à des meetings.

Alain Descombels au micro de Cédrick Wakahugnème 
Publicité